Changer de langue :

23 octubre

séminaires et journées d'étude

À la croisée des patrimoines

Visuel des Journées du Patrimoine

vendredi 19 septembre 2014

Organisée par le Centre de recherche sur le droit du patrimoine culturel (CECOJI –CNRS), le Département de la recherche et de l’enseignement  du musée du quai Branly, la Section Ile-de-France de la Société Française pour le Droit de l’Environnement, l’Association pour l’Histoire de la Protection de la nature et de l’Environnement (AHPNE), ICOMOS France, le Comité français de l’IUCN et le soutien de l’Institut d’Etudes de Droit Public de l’Université Paris Sud (IEDP).

Journée d’étude proposée dans le cadre des Journées du patrimoine.

Informations pratiques

  • 9h30 - 18h
  • Salle de cinéma
  • Accès libre dans la limite des places disponibles

Télécharger le programme complet

La totémisation dans le scoutisme depuis 1907 : histoire(s) et itinéraire(s) d'un rituel en contexte éducatif

samedi 28 septembre 2013, 9h30-18h30

Comité d'organisation :
Maxime Vanhoenacker (musée du quai Branly, TRAM/IIAC)
Héloïse Duché (CIRCEFT – Paris VIII)
Nicolas Palluau (HEMOC – Université d'Avignon)

Présentation de la journée d'étude
Mouvement créé en 1907, le scoutisme met en oeuvre, entre autres pratiques pédagogiques, des rites éducatifs. Ils visent l’intégration et l’autonomie des adolescents, à l'instar du rituel de totémisation qui participe à l'ancrage du scout dans son groupe de pairs tout en le distinguant au sein de sa société de jeunes. Cette journée d'étude ambitionne de réunir des chercheurs et des pédagogues travaillant et disposant de données sur les formes de totémisation. Il s'agira de discuter du rôle et de
la forme de ce rite selon les époques et les associations.
Peut-on isoler les conditions de genèse des cérémonies et des usages divers de la totémisation ?
Quel itinéraire retracer d’un rituel éducatif (origines, évolution, actualité) qui perdure après avoir suivi plusieurs voix ? À partir de cas passés et contemporains, nous voulons comparer différents contextes nationaux (France, Belgique, Canada, Liban...) et interroger la variable religieuse. Les politiques de rituel des associations diffèrent-elles selon les creusets dogmatiques (laïques/pluralistes, catholiques, protestants...) ? Quelles sont les tensions propres aux usages pédagogiques d'un rituel initiatique ? Les pratiques rituelles sont elles contraintes par les environnements politico-juridiques, à l’image de la loi de 1998 sur le bizutage, en France ?
En filigrane, l'émergence et la survivance des pratiques « indianistes » dans le scoutisme seront discutées, notamment autour de l’action de Paul Coze (1903-1974), cadre des Scouts de France et animateur de missions ethnographiques au Canada pour le Musée de l’Homme à l’initiative de PaulRivet.

Consulter et télécharger le programme de la journée d'étude

Informations pratiques

  • Salle de cinéma, musée du quai Branly
  • Inscription gratuite et obligatoire, dans la limite des places disponibles (90), à l'adresse suivante : maximev(at)gmx.fr

Le rire, l'horreur et la mort

Journée d'étude autour de l'installation

  • mardi 14 mai 2013
  • salle de cinéma
  • 9h30-19h00
  • accès libre dans la limite des places disponibles

Organisé par le département de la Recherche et de l'Enseignement du musée du quai Branly et Jean-Paul Colleyn, Directeur du Centre d'études africaines, EHESS

La journée d’études proposée en marge de l’exposition d’affiches porte sur un phénomène de grand ampleur résumé sous le nom de “Nollywood”. Il s’agit d’une véritable révolution économique, technique, culturelle et esthétique. Comme toutes les étiquettes, Nollywood admet une définition étroite: l’expression désigne les vidéos indépendantes anglophones du Nigeria, labellisées ainsi par analogie à « Bollywood », la production de films populaires issue des studios de Bombay, qui ont fini par conquérir le monde entier. Au sens plus large de modèle ou de formule esthético-commerciale, Nollywood concerne l’ensemble de la vidéo de divertissement indépendante du Nigeria, du Ghana et de tous ceux qui s’en sont inspirés. Ce modèle est né au début des années 1980 sous forme de cassettes VHS puis de disques vidéo compacts et de DVD produits au moindre coût et destinés à un très large public. Le genre exploite les thèmes les plus populaires, notamment le rire, l’horreur, la mort, mais aussi l’argent, la religion, la sexualité et la violence. Sous ses dehors outrés, il traite de vrais problèmes de société et invite à réfléchir.

consulter et télécharger le programme (format pdf)

 

Nouvelles technologies : les pratiques innovantes et collaboratives dans les musées d’ethnographie

"The River", oeuvre de Charles Sandison sur la rampe d'accès au plateau des collections.
"The River", oeuvre de Charles Sandison sur la rampe d'accès au plateau des collections.
  • jeudi 28 et vendredi 29 mars 2013 à 9h30
  • salle de cinéma
  • accès libre dans la limite des places disponibles

Dans le cadre du projet européen RIME (Réseau International des musées d’Ethnographie) le Musée du quai Branly organise un atelier sur le thème : « Nouvelles technologies : les pratiques innovantes et collaboratives dans les musées d’ethnographie ». 

L’objectif de la première journée sera d’échanger autour des pratiques collaboratives entre institutions pour la mise en place de projets innovants. La seconde journée sera quant à elle portée sur les pratiques collaboratives à destination des publics. Les pratiques collaboratives et les pratiques innovantes qui seront présentées lors de ces journées s’appuient notamment sur les nouvelles technologies ainsi que sur les réseaux sociaux numériques et plateformes de partage de contenus.

Les participants sont invités à partager leur expérience des échanges avec le mot-clic #RIMEMQB.

Télécharger le programme de la journée d'étude (fichier pdf, nouvelle fenêtre)

2e Ateliers du Labex CAP

* jeudi 27 et vendredi 28 juin 2013

Institut d’Art et d’Archéologie, 
3 rue Michelet, 76006 Paris
salle Chastel, 2e étage

Télécharger le programme de recherche du LABEX CAP (fichier pdf)

Avec ou sans ailes : l’imaginaire du vol et ses représentations

Charles Paul Landon, Daedalus and Icarus, (1799) oil on canvas
  • Journée d’étude TransImage
    Regards sur la dynamique des images depuis les origines
  • vendredi 1er mars 2013
  • salle de cinéma
  • entrée libre dans la limite des places disponibles

Programme partagé UMR 7041 ArScAn – Labex Les passés dans le présent

Élaboré au sein de l’UMR 7041 ArScAn (Archéologie et Sciences de l’Antiquité), qui regroupe des équipes travaillant sur des aires géographiques et chronologiques allant de l’Extrême-Orient à l’extrême Occident, de la préhistoire au Moyen Âge, le nouveau programme TransImage fait aussi partie du Labex Les passés dans le présent de l’Université Paris Ouest Nanterre.
Les responsables en sont Henri-Paul Francfort, Pascale Linant de Bellefonds et Agnès Rouveret.
Deux thèmes d’étude ont été retenus pour les quatre premières années du programme TransImage : les hybrides d’une part, et les représentations et utilisations de l’espace d’autre part. Les actions envisagées relèvent de la recherche et de la formation à la recherche et se concrétiseront par l’organisation de deux séminaires annuels qui se tiendront au musée du quai Branly, partenaire du Labex.

La journée d’étude du 1er mars prend la forme de bilans introductifs portant chacun sur une aire chrono-culturelle particulière, de façon à mieux cerner la suite du programme en fonction des deux thèmes retenus. Elle est axée sur les hybrides, thème des années 2013-2014, cette fois-ci autour du vol afin d’introduire simultanément nos travaux futurs sur la représentation de l’espace.

consulter et télécharger le programme de la journée d'étude TransImage (format pdf)

 

séminaire art et performance 2011-2012

Présentation


Le Département de la Recherche et de l'Enseignement organise chaque année un séminaire de recherche pluridisciplinaire consacré aux pratiques artistiques et performatives. Le séminaire de recherche du musée Branly, "Art et Performance", à la périodicité flexible, est centré sur la discussion des travaux présentés par les chercheurs invités, les chercheurs membres du Groupement de Recherche International (GDRI) et les boursiers doctorants et post-doctorants financés par le musée. Il n'est pas ouvert au public afin de garantir la dynamique des débats au sein des spécialistes conviés et invités à y participer. Toutefois, les personnes intéressées à participer à une séance en particulier peuvent en faire la demande auprès de l'équipe organisatrice (lbr(at)quaibranly.fr).

Chaque séance de 2h est consacrée à des travaux et recherches menés par un chercheur/conservateur du musée, un boursier doctorant/post-doctorant, un chercheur invité par le musée ou un chercheur membre du GDRI.

Ces travaux et recherches doivent faire l’objet d’une publication à venir dans une revue nationale ou internationale, sous la forme d’un article à soumettre à un comité de lecture éditorial.

Le texte présenté est diffusé pour lecture parmi les participants au séminaire une semaine avant l’intervention programmée.

La courte récapitulation par l’auteur des points forts de son texte (30 minutes) est suivie d’une séance de débats et de critiques argumentées (1h30) en langues française, anglaise et espagnole (si nécessaire), sous la direction du président de séance invité (chaire).

Chaque chercheur exposant ses travaux a la possibilité de faire venir des doctorants, post-doctorants, enseignants et chercheurs statutaires extérieurs au musée, ayant un lien direct avec le sujet traité dans son texte. Un ou deux spécialistes européens sont ainsi invités et hébergés aux frais du musée pour venir présider la séance et discuter du texte défendu. L’ensemble des participants invités est convié au restaurant d’entreprise à la suite du séminaire pour continuer la discussion sur un mode plus informel.

les séminaires ont lieu dans la salle de cours 2 de 10h à 13h

  • Jeudi 9 février 2012
    Julien Jugand (Musée du quai Branly)
    «Burhvā Mangal: Glory, Fall and Revival of a Boat Music Festival in the City of Varanasi »
    Discutants : Denis Laborde (CNRS), Denis Vidal (IRD), Gilles Tarabout (CNRS)
  • Jeudi 15 mars 2012
    Laura Flety (Musée du quai Branly)
    «Esthétique de l’ostentatoire. Corpulence, prestige et dépouillement de soi dans la danse Morenada (La Paz, Bolivie) »
    Discutants : Pascale Absi (IRD), Michael Houseman (EPHE), Georgiana Wierre Gore (Université de Clermont Ferrand)
  • Jeudi 05 avril 2012
    Emilie Maj (Musée du quai Branly)
    «»
    Discutants : François Picard (Université Paris IV), Roberte Hamayon (EPHE)
  • Jeudi 30 mai 2012
    Sophie Moiroux (Musée du quai Branly)
    «»
    Discutants :
  • Mercredi 13 juin 2012
    Jing Wang (Musée du quai Branly)
    «»
    Discutants :
  • Jeudi 28 juin 2012
    Enrique Pilco (Musée du quai Branly)
    «»
    Discutants :
  • Jeudi 27 septembre 2012
    Katerina Kerestetzi (Musée du quai Branly)
    «»
    Discutants :
  • Jeudi 24 mai 2012
    Sébastien Gaillot (Musée du quai Branly)
    «»
    Discutants :

consulter et télécharger le programme complet des séminaires de recherche Art et Performance 2008-2012

patrimoines matériels et immatériels en Asie centrale, du Sud et du Sud-Est

Nicole Revel, directeur de recherche émérite au CNRS
en collaboration avec Dana Rappoport, chargée de recherche au CNRS, CASE, EHESS

Un lien intrinsèque unit patrimoines matériels et immatériels : les objets et artefacts sont reliés aux expressions verbales et co-verbales lors de la performance de rituels, de toutes formes de représentations théâtrales et d’expressions musicales (chants chamaniques, chant d’épopées et théâtralisation de ces grands récits, lamentations, berceuses, récits mythiques, récitations de généalogies, chants agraires…).
Par l’analyse d’actions et d’expériences multisensorielles et multimodales, par une ethnographie de la parole, le recours à l’ethno-pragmatique et à l’analyse ethnomusicologique, nous tenterons de faire apparaître l’acquisition et la maîtrise des savoirs et des savoir-faire, divers procédés mnémoniques, les codes qui sous-tendent les compositions musicales, poétiques, rituelles et théâtrales, la créativité des interprètes et les différentes esthétiques qui en émanent.
Les supports de la mémoire auxquels ont recours les sociétés traditionnelles associés aux techniques contemporaines du multimédia seront simultanément considérés et analysés.
Cet enseignement se déroulera en trois journées d’étude au long de l’année universitaire 2011-2012. Chaque journée rassemblera quatre intervenants, outre les deux responsables.

La transmission en acte dans les arts de la performance
lundi 17 octobre 2011 de 10h à 17h • Salle 640 à l’EHESS

Mémoriser et composer : fixité et créativité
lundi 12 décembre 2011 de 10h à 17h • Salle 640 à l’EHESS
télécharger le programme

Les catégories du Beau : quatre exemples linguistiques et culturels
date à confirmer • musée du quai Branly

économies / cosmologies face à l'écologie montante

vendredi 1er juin 2012, de 14h30 à 17h

Collège de France
Chaire de création artistique
Gilles Clément, titulaire, année académique 2011–2012

Il peut paraître étrange d’associer ce double champ de réflexion – l’économie et la cosmologie – pour en faire un débat au sujet du paysage aujourd’hui. Soumettre ce sujet de réflexion aux intervenants de ces séminaires se justifie, selon moi, par le fait que ces deux domaines – l’un nous associant aux échanges matériels, l’autre aux échanges immatériels - se trouvent bouleversés en profondeur par l’écologie.
D’une manière ou d’une autre on nous demande de réviser notre rapport à «la nature», notre mode de consommation, notre ordre des valeurs instaurant ici ou là les bases d’une croyance que nous estimions pérenne. On nous demande de revoir notre paysage, nous n’y sommes pas complètement préparés.
Les deux séminaires abordent ce thème sur deux modes, l’un axé sur la recherche, le 24 mai au Collège de France, l’autre axé sur le terrain, le 1er juin au musée du Quai Branly. Les intervenants ont toute liberté pour aborder le sujet : avant tout il s’agit d’une discussion.
Pour lancer cette discussion je présenterai la question avec une courte projection d’images. Chacun des intervenants développera sa pensée et le débat suivra.
Celui-ci aura d’abord lieu entre nous, ensuite avec la salle.

Avec :
Thierry LAVERNE, paysagiste
Nicolas GILSOUL, paysagiste, architecte (France et Belgique)
Cyrille MARLIN, paysagiste (Japon et France)

Théâtre Claude Lévi-Strauss
Accès libre dans la limite des places disponibles

anthropologie et histoire des arts, dans le cadre du GDRI

les nouvelles figures de l’artiste universel

coordination : Yolaine Escande et Denis Vidal

musée du quai Branly et EHESS

Comment se trouve redéfinie aujourd’hui la « figure » de l’artiste « universel » dans un contexte toujours plus marqué par la mondialisation ? C’est à cette question cruciale pour un musée qui se donne comme vocation de s’ouvrir à des formes d’art et de créativité contemporaine en provenance du monde entier que nous tenterons d’apporter des réponses,  au cours d'une série de séances à vocation interdisciplinaire, et qui prendront place dans le cadre du séminaire organisé par Jean-Marie Schaeffer à l’EHESS (mercredi, 15h-17h). Chacune des séances prévues sera plus spécifiquement consacrée à l'étude d'un artiste ou d'un groupe d'artistes qui incarnent, chacun à leur façon, un tel idéal. Plusieurs d'entre elles seront organisées en association avec les artistes eux-mêmes.

Les noms des intervenants et les titres des séances seront précisés prochainement.

programmation des séances en 2010

  • jeudi 14 janvier
  • jeudi 4 février
  • jeudi 4 mars
  • jeudi 1er Avril
  • jeudi 6 mai

séances de 15h30 à 17h30

conserver et restaurer le Tapa

  • jeudi 7 et vendredi 8 avril 2011
  • salle de cinéma et salle de cours 2

Le musée du quai Branly organise deux journées d'étude autour des étoffes d'écorce battue (tapa).

Matériau emblématique du monde océanien, présent également en Afrique en Asie et en Amérique latine, le tapa entre assez tôt dans les collections des musées grâce aux découvreurs européens des XVIIIe et XIXe siècles. Aujourd'hui, étudier, conserver et exposer ces pièces historiques, ou d'autres plus contemporaines, soulève de nombreuses questions au sein des équipes des conservateurs comme des restaurateurs. C'est dans cette double perspective, scientifique et technique, que seront abordées ces journées qui devraient permettre de présenter une synthèse des recherches en cours, des cas pratiques et de susciter des échanges concrets autour des différentes méthodes de conditionnement, de restauration et de présentation des tapa.

ouvrir et télécharger la fiche d’inscription (document pdf, 484 ko, nouvelle fenêtre)

ouvrir et télécharger le programme (document pdf, 58 ko, nouvelle fenêtre)  

des œuvres d’art qui fonctionnent : DE LA MACHINE « BRUTE »

Séance du Séminaire Thierry DUFRENE du 9 février 2011
Invités : Baptiste Brun et le collectif CrAB (art brut)

La nébuleuse affiliée à l'Art brut regorge de productions réalisées dans le milieu populaire et/ou asilaire.
Parmi les « ouvrages » que collectionnait Dubuffet, nombre d'entre eux fonctionnent. De par les matériaux et la manière dont ils sont mis en œuvre, leur caractère opératoire, ou non, pour l'auteur qui les façonne, mais aussi pour le spectateur, tout participe dans ces œuvres d'un décloisonnement qui a influencé de manière déterminante nombre de propositions artistiques de la seconde moitié du XXe siècle.
Aussi peut-on, de l'activation manuelle (Rattier, Heinrich-Anton Müller qu'admirait Tinguely) à la motorisation (le manège de Petit Pierre), qualifier ces œuvres de machines véritables. Il est tout un monde automatisé d'une richesse d'invention sans équivalent à explorer et questionner.
On envisagera également de parler de machines virtuelles, certains auteurs affiliés à l'Art brut ayant projeté sur le papier des machines jamais réalisées matériellement, mais qui semblent avoir eu une forme d'efficience mentale pour leur auteur. Peut-être la machine brute se trouve-t-elle là ?


Le CrAB (Collectif de réflexion autour de l'Art Brut) est une association de chercheurs issus de différentes disciplines (histoire de l'art, littérature, psychanalyse, muséologie, sciences de la communication...).
Le collectif se définit avant tout comme un collectif investissant sous un angle théorique l’Art Brut en tant que conception de l’art (celle du peintre Jean Dubuffet, à l’origine) et non comme une simple appellation ou une catégorie qui désignerait un corpus d’objets. La posture commune des membres du CrAB est de considérer l’Art Brut comme un outil qui permet de travailler de manière pertinente sur différentes notions (l’art, la culture, la folie, la marge, le discours, le langage, entre autres) et d’interroger de manière critique les champs de recherche de chacun. À l’approche historique qui tend à resituer la genèse de l’Art Brut dans le climat artistique de l’immédiat après-guerre, s’ajoute une approche contemporaine qui vise à interroger le caractère efficient de l’Art Brut dans le monde d’aujourd’hui, le domaine de l’art et celui de la pensée critique.
http://collectif-artbrut.org/

 

musique et missions catholiques à l'époque moderne

Christianisation et européanisation par le sonore

  • vendredi 28 janvier 2011 de 10h00 à 18h30
    salon de lecture Jacques Kerchache

 

Lors des missions catholiques qui sillonnent le monde à l’époque moderne, la musique est toujours du voyage. Indissociable de la liturgie romaine, elle apparaît comme un outil privilégié dans la christianisation des populations. Considérant que la musique a le pouvoir de changer l’homme, les missionnaires en font une arme de choix dans leur projet qui se veut à la fois conquérant et libérateur.   

À partir de sources textuelles datant de la seconde moitié du XVIe siècle, du XVIIe siècle et de la première moitié du XVIIIe siècle, mais également à partir de pratiques et de discours actuels collectés sur les anciennes terres de mission, les intervenants – musicologues, ethnomusicologues et historiens – s’interrogeront sur les stratégies sonores et musicales mises en place par les missionnaires dans des terrains aussi divers que le Paraguay, le Chili, l’Inde, l’Ethiopie, les Philippines et la Chine. Comment les différents ordres catholiques usent-ils de la musique pour l’évangélisation du monde ? Comment les missions américaines et goanaises se constituent-elles en centres musicaux qui deviennent autant de modèles à suivre ? Comment les missionnaires adaptent-ils leurs "méthodes" musicales aux réalités de chaque terrain, à son rapport au sonore ? Comment agissent-ils face à des populations certes chrétiennes – en Inde et en Ethiopie – mais de culte non romain ?  

Les études sur la musique en contexte missionnaire sont peu nombreuses ; leur confrontation, quant à elle, est quasi inexistante. Elle apparaît toutefois essentielle à une compréhension générale du processus de globalisation musicale initié par les missions catholiques dès le XVIe siècle. Une table ronde réunissant tous les intervenants permettra d’appréhender l’importance des échanges portant sur les questions musicales entre les missionnaires. La diffusion de partitions, de traités, de musiques et d’instruments européens à échelle planétaire accompagne un projet catholique, au sens premier du terme, de romanisation du monde.   

L’ensemble musical « XVIII-21, Le Baroque Nomade » nous fera partager ces répertoires qui ont voyagé à l’autre bout de la planète.

La journée est en anglais et en français.

L’entrée est libre et gratuite, sans inscription préalable.

 

          

Coordination : Anne Damon-Guillot - anne.damon(at)laposte.net

consulter et téléchanger le programme de la journée d'étude musique et missions catholiques à l'époque moderne

séminaire « création et cognition »

LES REGISTRES  DE L’ÉMERGENCE
une approche inter-disciplinaire

mercredi 24 Février
salle de cinéma

Coordination: Denis Vidal (IRD),Emmanuel Grimaud (CNRS)

Avec le soutien  du Département de recherche et d’enseignement
du musée du quai Branly

Dans son essai sur la notion d’émergence ( « Qu’est-ce que l’émergence? » Paris Ellipse 2007) Hugues Bersini relève une distinction fondamentale entre deux manières possibles  d’aborder cette notion: soit que l’on attribue à des contraintes cognitives ou aux limitations intellectuelles de chacun la tendance commune  à  prêter à toutes sortes de phénomènes une forme d’irréductibilité apparente par rapport aux composantes de base  qui devraient idéalement permettre d’en rendre compte ; c’est la thèse de l’émergence ‘faible’.  Soit que l’on  admette, au contraire – sans verser, pour autant, dans le dualisme – la coexistence  possible de niveaux de  réalité qui ne peuvent être validement  analysés qu’en les considérant comme étant effectivement ‘irréductibles’ les uns par rapport  aux autres ; et cela indépendamment de  toute biais cognitif que l’on pourrait simplement  attribuer au point de vue de l’observateur. C’est la thèse de l’émergence forte.

Partant de la distinction entre émergence ‘faible’ et émergence ‘forte’, nous voudrions réfléchir, au cours de cette journée de travail,  à la signification que l’on peut accorder à cette dernière sur le plan méthodologique,  dans différents domaines de recherche et d’activité (intelligence artificielle, robotique, anthropologie, arts du spectacle, expérience des sens, etc). Et nous voudrions aussi nous intéresser à  la nature des tests qui peuvent être mobilisés dans chacun ces domaines pour valider  éventuellement  une telle distinction. 

Programme

9h30 introduction

10h - 12h

LA NOTION D’EMERGENCE EN INTELLIGENCE ARTIFICIELLE ET EN ROBOTIQUE


  • 10h -11h :  Hugues Bersini ( ULB – Bruxelles)

Les registres de l’émergence

  • 11 heures -12 heures : Alain Dutech et Nicolas Rougier ( INRIA - Nancy)

Procédures de validation et problèmes méthodologiques en robotique

- commentaires : Sophie Houdart  ( CNRS-Paris)

  • 12 heures -13 heures

SPECTACLES DE L’EMERGENCE

  • 12 heures-13 heures : Abdul Alafrez ( Magicien et metteur en scène)
  • 14 heures 30-16 heures 30

PERSPECTIVES ANTHROPOLOGIQUES SUR LA  NOTION D’EMERGENCE

  • 14 heures 30-15 heures 30 : Olivier Wathelet (Centre de Recherche de l'Institut Paul Bocuse- Lyon) )

La fabrication du goût : ethnographie de l'activité culinaire

  • 15 heures 30 -16 heures 30 : Denis Vidal ( IRD -Paris)

émergence  ‘forte’ et traditions culturelles : un exemple himalayen

- commentaires : Emmanuel Grimaud ( CNRS Paris)

  • 16 heures 45 -18 heures 30

PERSPECTIVES EPISTEMOLOGIQUES ET DISCUSSION COLLECTIVE

- exposé et  organisation de la discussion : Stéphane Vandamme ( IEP - Paris)

séminaire international Culture Matérielle

PROGRAMME POUR L’ANNÉE 2009-2010

SÉMINAIRE INTERNATIONAL « CULTURE MATÉRIELLE »

Séminaire animé par Jean-Paul Demoule et Pierre Lemonnier, en collaboration avec Maxence Bailly, Ludovic Coupaye, Laurence Douny, Patrick Pion, Fabienne Wateau, Philippe Boissinot et Pascal Ruby, avec les universités de Paris I, Paris X, l’université de Provence et l’EHESS.

Le Groupement de Recherche International « Anthropologie et histoire des arts » initié par le musée du quai Branly organise à partir de cette rentrée 2008-2009 un séminaire interdisciplinaire – « La culture matérielle » – où seront exposés et débattus des travaux récents relatifs aux objets, aux techniques et aux arts. Outre l’archéologie, l’anthropologie et l’histoire de l’art ou la technologie culturelle, ce sont la sociologie de l’innovation, les material culture studies (sociologie de la consommation et des usages), l’anthropologie cognitive et même la primatologie qui convergent aujourd’hui et apportent des éclairages nouveaux sur les multiples manières dont des objets ou des actions matérielles sont impliqués dans les organisations sociales et les systèmes de pensée. Comme lors de l’enseignement de l’université Paris I (1981-1995) dont il reprend le titre, ce séminaire a pour ambition d’être un lieu d’échange d’hypothèses et de méthodes. Les exposés de chercheurs et d’enseignants invités alterneront avec des cours de synthèses permettant de situer ces exposés dans le panorama actuel des études portant sur la culture matérielle.
Le séminaire est ouvert et validé notamment, selon les cursus, pour les étudiants des Universités de Paris I et Paris X.

Le séminaire se tient au musée du quai Branly, le jeudi de 18h30 à 20h30, alternativement aux ateliers 2 et 3, ou bien salle 2.

  • 5 novembre 2009 : Pierre Lemonnier et Jean-Paul Demoule : Introduction
  • 19 novembre 2009 : Jean-Paul Demoule : «Les sociétés et leurs images »

  • 3 décembre 2009 : Nathan Schlanger : : « Culture matérielle et culture muséale au XIXe siècle: le progrès, le travail et la nation »

  • 17 décembre 2009 : Anick Coudart : « La maison néolithique : métaphore matérielle, sociale et mentale des petites sociétés sédentaires »

  • 7 janvier 2010 : Nicolas Garnier : « Linguistique et culture matérielle : une étude de cas, les sacs en ficelle et leur répartition en Papouasie Nouvelle-Guinée »

  • 28 janvier 2010 : Ian Hodder : « Intrications : une approche archéologique des relations entre les humains et les choses »

  • 4 février 2010 : Frédéric Joulian : « Leroi-Gourhan et le Japon »

  • 18 février 2010 : Denis Monnerie : « Expressions et significations verbales et non verbales dans les cérémonies kanak de Nouvelle-Calédonie. Les objets et au-delà »

  • 11 mars 2010 : Pierre Lemonnier : « A propos d'objets et d'imaginaires partagés : qu'est-ce qu'une Talbot-Lago Dinky-Toys ? »

  • 25 mars 2010 : Marie-Pierre Julien et Céline Rosselin : « Quand il y a matière à penser » (à propos de leur ouvrage : Le sujet contre les objets, tout contre. Ethnographies de cultures matérielles, Paris, CTHS, 2009).

  • 8 avril 2010 : Michael Dietler (sujet à préciser)

  • 6 mai 2010 : Maurice Godelier (à confirmer)

  • 20 mai 2010 : Peter Biehl (sujet à préciser)

séminaire "art et performance" 2009-2010

calendrier prévisionnel séminaire Branly « art et performance » 2009-2010

séances de 10 à 13 heures

  • jeudi 3 ou 10 décembre 2009, salle 3 Denis Vidal (IRD)
  • jeudi 21 janvier 2010, salle 3 
  • mercredi 17 février 2010, salle 1  David Berliner (ULB)
  • jeudi 18 mars 2010, salle 2 Emmanuel De Vienne (MQB)
  • jeudi 6 mai 2010, salle 2  Hélène Njoto (MQB)
  • jeudi 3 juin 2010, salle 2  Isabel Yaya (MQB)
  • jeudi 16 septembre 2010, salle 2  William Tallotte (MQB)
  • jeudi 15 avril 2010, salle 3  Gil Bartholeyns (MQB)
  • jeudi XXXXXX, François Berthomé (MQB)
  • jeudi 23 septembre 2010, salle 2  Bérénice Gaillemin (MQB)
  • jeudi 21 octobre 2010, salle 2  Anne Damon-Guillot (MQB)

Portrait-Robot : la visagéité et ses implications anthropologiques

journée d'études coordonnée par Denis Vidal et Emmanuel Grimaud

atelier Emergence II dans le cadre du séminaire « Cognition et Création. Approches pluridisciplinaires de la créativité »

  • mardi 15 juin 2010
    de 9h30 à 18h
    salle de cinéma

avec le soutien du GDRI « Anthropologie et histoire des arts »

ouvrir et télécharger la programmation détaillée (pdf, 107 Ko, nouvelle fenêtre)

séminaire de recherche "art et performance"

Programme de l'année 2007-2008

  • Jeudi 22 novembre 2007 : 10h/13h (salle de cours 3)
    Frédéric Léotar (Université de Montréal, MQB)
    "Conservatisme et transformation d’une tradition «musicale» chez les Türks d’Asie intérieure : l’adresse chantée aux animaux domestiques"
    Chaire : Laurent Berger (London School of Economics/MQB)
  • Lundi 14 janvier 2008 : 10h/13h (salle de cours 2)
    Marc Brightman (Cambridge University, MQB)
    "Creativity and control: Property in Guianese Amazonia"
    Chaire : Stephen Hugh-Jones (Cambridge University) & Anne-Christine Taylor (CNRS/MQB)
  • Lundi 03 mars 2008 : 10h/13h (salle de cours 2)
    Stéphane Rennesson (Université de Nanterre, MQB-Artmap)
    "Quand deux scarabées se battent en duel. Esquisse de manuel du parfait jeu de khwaang"
    Chaire : Michael Houseman (Ecole Pratique des Hautes Etudes)
  • Lundi 17 mars 2008 : 10h/13h (salle de cours 2)
    Alice Degorce (Ecole Pratique des Hautes Etudes, MQB-CEMAF)
    "Des chants pour pleurer la souffrance. Paroles chantées, deuil et rites funéraires dans l’Ouest moose (Burkina Faso)"
    Chaire : David Berliner (Université Libre de Bruxelles)
  • Mardi 6 mai 2008 : 10h / 13h, salle de cours2
    Paz Nunez-Regueiro (MQB) :
    "Des encensoirs mayas et de l’étude de leur répartition régionale dans les Basses Terres méridionales au Classique Récent et Terminal (600-900 ap. J.-C.)"
    Chaire : Claude Baudez (Université Paris I) & Fabienne de Pierrebourg (MQB)
  • Mardi 13 mai : 14h/17h (Salle de cours 3)
    Andrea Luz Gutierrez (Université Paris X, MQB)
    "Note sur le rôle de l’imaginaire acoustique dans l’apprentissage d’une ontologie animiste chez les Quechua d’Amazonie péruvienne (Pastaza)"
    Chaire : Alexandre Surrallès (CNRS) et Dimitri Karadimas (CNRS)
  • Lundi 2 juin : 10h/13h (Salle de cours 2)
    Fanny Wonu (Norwich University, MQB)
    "Materialising the King: The Royal Funeral of King Taufa’ahau Tupou IV of Tonga"
    Chaire : Marie Claire Bataille (CNRS) & Philippe Peltier (MQB)
  • Vendredi 27 juin : 10h/13h (Salle de cours 2)
    Nicolas Jaoul (CEIAS, MQB)
    "Sur les usages militants d’un symbole officiel en Inde. Les statues d’Ambedkar, ou les répliques populaires d’un monument"
    Chaire : Gilles Tarabout (CNRS) & Emmanuel Grimaud (CNRS)
  • Lundi 7 juillet : 10h/13h (Salle de cours 2)
    Stéphanie Khoury (Université Paris X, MQB)
    "La mise en scène du répertoire de folklore au Cambodge, du politique à l'artistique"
    Chaire : Giuriati Giovanni (Université de Rome La Sapienza)

cycle de séminaires Planète métisse

Le département de la recherche et de l’enseignement du musée du quai Branly
est heureux d’accueillir le cycle de séminaires que donnera le professeur Eddy Stols professeur émérite de l’Université de Louvain et actuellement professeur collaborateur du Programme de Post-Graduation en Histoire de l’Universidade Federal de Minas Gerais au Brésil.

  • mercredi 29 avril, mercredi 6 mai et mercredi 15 mai 2009
  • 10h00 - 12h00

métissages multiples et à contresens

Trois séminaires (le 29 avril, les 6 et 13 mai) cherchent à creuser et à discuter ces rapports des Pays-Bas, dans leur ensemble et dans leur diversité, aux trois continents africain, américain et asiatique, successivement au niveau des liaisons politiques, maritimes et commerciales, des curiosités intellectuelles et du collectionnisme, de la vie quotidienne (l’alimentation, l’habillement et l’ameublement),  des cultes des héros nationaux et des dévotions religieuses.
À chaque fois, une iconographie assez variée servira de point d’appui.

  • salle de cours 2
  • musée du quai Branly
  • 37, quai Branly (entrée Debilly)
  • 218, rue de l’Université (entrée Université)
  • 75007 Paris

entrée libre dans la mesure des places disponibles

Mise en ligne du séminaire 2007-2008 animé par Barbara GLOWCZEWSKI et Alexandre SOUCAILLE

Anthropologie de la perception : l’expression du désastre entre épuisement et création

Pour en savoir plus cliquer ici

Mise en ligne du séminaire 2006-2007 animé par Barbara GLOWCZEWSKI

Anthropologie de la perception : impact social et cognitif des productions d'altérité par les médias, les sciences et les acteurs concernés

Pour en savoir plus cliquer ici

« Patrimoine et mémoire de l'esclavage et de la traite »

Séminaire destiné aux chercheurs sur la commémoration de l’abolition de l’esclavage, coordonné par Bernard Müller
En collaboration avec l’Université Laval, Québec

Projections suivies d’une table ronde présidée par présidée par Bernard Müller avec Jean-Paul Colleyn, EHESS, Myriam Cottias, CNRS et EURESCL  -7è PCRD, Issiaka Mande, Université Paris 7 et EURESCL  -7è PCRD, Denis Constant Martin, CNRS et CERI

Avec la réalisatrice Hebe Matttos et l’artiste vidéaste Claudia Navas.

Vendredi 9 mai de 9h00 à 18h00

Salle de cinéma