Changer de langue :

1 octubre

Frédéric Keck

Directeur du département de la Recherche et de l’Enseignement

Portrait de Frédérick Keck © musée du quai Branly, photo Alexandra Lebon
Portrait de Frédérick Keck © musée du quai Branly, photo Alexandra Lebon

Né en 1974 à Lyon, ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure de Paris (1994-1999), Frédéric  Keck a étudié l’anthropologie à l’Université de Californie à Berkeley en 1999-2000.

Titulaire d’une thèse de doctorat en philosophie sur « le problème de la mentalité primitive dans l’œuvre de Lucien Lévy-Bruhl » soutenue à l’Université Lille III en 2003, il a publié plusieurs ouvrages sur Claude Lévi-Strauss et contribué à l’édition de ses Œuvres dans la « Bibliothèque de la Pléiade » en 2008.

Entré au CNRS en 2005, il y a mené des enquêtes ethnographiques sur les crises sanitaires causées par les maladies animales, d’abord à l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments (2005-2007) puis au Centre Pasteur de l’Université de Hong Kong (2007-2009). Ces enquêtes ont donné lieu à la publication d’une dizaine d’articles en français et en anglais, à la coordination de plusieurs numéros de revues ou livres collectifs, et à l’édition d’un livre sous forme de récit de voyage (Un monde grippé, Flammarion, 2010).

Lauréat de la fondation Fyssen en 2007-2008, il a reçu la médaille de bronze du CNRS en 2011. Membre du Laboratoire d’anthropologie sociale du Collège de France, il y dirige l’équipe « Relations hommes/animaux : questions contemporaines » (avec Carole Ferret) et le projet « Représentations sociales des pathogènes aux frontières d’espèces » qui a reçu le soutien du fonds  Axa pour la recherche (2013-2016).

Il a enseigné l’histoire de la philosophie et l’anthropologie sociale à l’Université Lille III, à l’Ecole Normale Supérieure de la rue d’Ulm, à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris, au Centre Franco-Argentin de l’Université de Buenos Aires, à l’Université Meiji de Tokyo et à l’Université Ritsumeikan de Kyoto.