Changer de langue :

25 julio

Artistas de Abomey

Esta presentación de 21 obras escogidas entre una amplia selección de obras del famoso reino de Dahomey (1600-1894) permite apreciar la riqueza y la diversidad tanto de las formas como de los materiales empleados en un excepcional arte cortesano. Los artistas seleccionados por los reyes de Abomey pertenecían a una elite y se distinguían por su talento y un saber hacer que era transmitido de padres a hijos. Casi siempre identificados, individuales o colectivos, estos artistas iluminan un periodo floreciente del actual Benín.

  • Bochio mi-homme mi-poisson du roi Béhanzin

    Sossa Dede ou Famille Houeglo

  • Bochio mi-homme mi-lion du roi Glélé

    Likohin Kankanhau Sossa Dede

  • bracelets Ma-wu-alo

    Famille Hountondji

  • tunique de premier ministre

    Famille Gnimavo et famille Yémadjé

  • récade lion, emblème de Glèlè

    Famille Houndo (?)

  • trône du roi Ghézo nukpewuinkpot

    Anonyme

  • statuettes ibeji

    Atelier de Saki

  • siège royal

    Anonyme

  • couronne funéraire ade

    Anonyme

  • Marteau lonflin

    Ganku Houndo

  • portes de palais du roi Glèlè

    Famille Sossa Dede

  • Marteau de divination <i>lonflin</i>

    Famille Houndo


Bochio mi-homme mi-poisson du roi Béhanzin

Sossa Dede ou Famille Houeglo

Bochio mi-homme mi-poisson du roi Béhanzin, style fon, entre 1890 et 1892, bois, pigments, métal, 71.1893.45.3, musée du quai Branly, don Général Amédée Dodds, saisie après la prise d’Abomey

« Ces statues grandeur nature étaient censées se déplacer et parler. Sur leur surface étaient appliquées des matières-talismans qui donnaient un pouvoir à l’objet. » (S. P. Blier, 1998) Les soldats promettaient la victoire à la statue avant de partir en guerre. Celle-ci était aussi placée en tête de l’armée pour faire fuir les ennemis. D’après Léonard Ahonon, conservateur du musée d’Abomey, cette statue aurait été réalisée par l’un des membres de la famille Houeglo, dont les descendants, installés au quartier Mougnon, perpétuent encore la pratique de la sculpture. Le requin gbowele, dont la colère rend la mer trouble, symbolise le roi Béhanzin et porte ce message, faisant allusion à l’agression des troupes françaises : « Quiconque se hasardera à aborder la côte verra le requin détruire son bateau. »