Changer de langue :

16 septiembre

Sculpture de Nouvelle-Irlande

  • Sculpture Kanak
  • Sculpture Kanak (2)
  • Sculpture Kanak (3)
  • Sculpture de l'est de l'île de Gaua
  • Sculpture du sud-est de l'île de Vanua Lava
  • Sculpture de l'ouest de l'île de Gaua
  • Sculpture du nord de l'île d'Ambrym
  • Sculpture de l'île de Malo
  • Sculpture de l'île de Nendö
  • Sculpture des Iles Salomon
  • Sculpture de l'île de Makira (San Cristóbal)
  • Sculpture de Nouvelle-Irlande
  • Sculpture de Nouvelle-Irlande (2)
  • Sculpture de la région centrale du fleuve Sepik
  • Sculpture korwar
  • Sculpture de l'île de Nukuoro
  • Sculpture de l'île de Mangareva
  • Sculpture des îles Marquises
  • Sculpture des îles Marquises (2)
  • Sculpture de l'île de Tahiti (?)
  • Sculpture des îles Hawaii
  • Sculpture des îles Hawaii (2)
  • Sculpture de l'île de Pâques
  • Sculpture de l'île de Pâques (1)
  • Sculpture de l'île de Pâques (2)
  • Sculpture de l'île de Pâques (3)
  • Sculpture de l'île de Pâques (4)

Sculpture de Nouvelle-Irlande

Figure pour les rituels funéraires malanggan XIXe siècle Nord de l'île de Nouvelle-Irlande, Papouasie-Nouvelle-Guinée Bois, pigments, fibres de noix de coco H. 122 cm Anciennes collections Museum für Völkerkunde de Hambourg, André Breton Musée du quai Branly Inv. 70.1999.6.1

La tradition artistique malanggan domine le nord de la Nouvelle-Irlande. Deux principaux cycles cérémoniels donnaient lieu à la production d'œuvres d'art : les funérailles et une série de rites dans le clan de l'épouse ou de l'époux du mort. Les sculptures étaient placées dans un enclos spécialement aménagé et, au plus fort de la cérémonie, leurs droits de reproduction se transmettaient aux nouvelles générations.
Il existe deux principaux types de représentations dans l'art malanggan : celles des ancêtres et celles des personnages mythologiques. Les sculpteurs du nord de la Nouvelle-Irlande exécutaient la commande passée par un homme possédant le droit de reproduction d'un modèle rigoureusement vérifié. Lors d'une rencontre secrète, l'artiste et le détenteur des droits choisissaient l'image la plus appropriée, et l'arbre dans lequel l'effigie serait sculptée. À l'issue des cérémonies, les sculptures étaient détruites marquant ainsi la cassure provoquée par la mort et la rupture des attaches du défunt avec les vivants.
La tête, très particulière, des différentes sculptures malanggan constitue l'élément clé de ces œuvres. Elle est caractérisée par un nez proéminent en forme de planche gravée d'oiseaux ou de poissons. Les plumes, qui ornent le sommet de la tête de cette sculpture, représentent probablement le pygargue, ou grand aigle de mer, oiseau totémique du nord de la Nouvelle-Irlande. Deux planches, à la place des oreilles, peuvent symboliser celles que l'on fixait en des temps plus anciens sur la tête des cadavres afin de la maintenir droite. Sur la planche sculptée séparément et fixée à la place du nez, un oiseau avale un serpent, ce qui correspond sans doute à une image totémique.
La sculpture tient dans sa main une guirlande de noix d'arec. Les noix sont utilisées en Nouvelle-Irlande comme lien social ; ainsi, lorsqu'une personne les offre, elle offre également la continuité de son amitié. La statue s'achève au bas du thorax, comme nombre de statues malanggan, suggérant ainsi la décomposition de la chair après la mort.