Changer de langue :

22 septiembre

Sculpture de l'île de Pâques

  • Sculpture Kanak
  • Sculpture Kanak (2)
  • Sculpture Kanak (3)
  • Sculpture de l'est de l'île de Gaua
  • Sculpture du sud-est de l'île de Vanua Lava
  • Sculpture de l'ouest de l'île de Gaua
  • Sculpture du nord de l'île d'Ambrym
  • Sculpture de l'île de Malo
  • Sculpture de l'île de Nendö
  • Sculpture des Iles Salomon
  • Sculpture de l'île de Makira (San Cristóbal)
  • Sculpture de Nouvelle-Irlande
  • Sculpture de Nouvelle-Irlande (2)
  • Sculpture de la région centrale du fleuve Sepik
  • Sculpture korwar
  • Sculpture de l'île de Nukuoro
  • Sculpture de l'île de Mangareva
  • Sculpture des îles Marquises
  • Sculpture des îles Marquises (2)
  • Sculpture de l'île de Tahiti (?)
  • Sculpture des îles Hawaii
  • Sculpture des îles Hawaii (2)
  • Sculpture de l'île de Pâques
  • Sculpture de l'île de Pâques (1)
  • Sculpture de l'île de Pâques (2)
  • Sculpture de l'île de Pâques (3)
  • Sculpture de l'île de Pâques (4)

Sculpture de l'île de Pâques

Figure à côtes moai kavakava XVIIe-XVIIIe siècle ? Île de Pâques Bois sculpté, yeux incrustés d'obsidienne et d'os H. 34 cm Legs M. Raynolt, 1922 Dépot du Musée Calvet, Avignon Inv.16745

Les premières sculptures moai kavakava de l'île de Pâques, dites statuettes à côtes, ont été recueillies lors du second voyage de Cook en 1774. Transmises de génération en génération, les plus anciennes remontent au XIIIe siècle. Celle rapportée par le Capitaine de corvette Collet, à l'instar de celle rapportée par le Commandant Méry, possèdent un ornement en forme de disque, apparent sur le lobe distendu des oreilles, signe de grand âge, qui rattache ces statuettes au monde des humains, au même titre que les glyphes gravés sur le crâne qui sont sans doute des marques particulières de lignages, de corporations ou de toute forme de subdivision sociale attestant l'existence d'identités territoriales. En revanche, les côtes (en pascuan kavakava) évoquent des revenants que les prêtres devaient chasser afin qu'ils ne tourmentent pas les vivants. Les pommettes saillantes, le menton pointu, montrent que ces personnages décharnés, proches de l'état squelettique, appartiennent au règne des entités surnaturelles. Ainsi partagées entre les vivants et les morts, tout en étant ancrées dans le monde animal, ces sculptures soulignent la fragilité de l'homme en proie aux métamorphoses de la nature.
Longiligne et mouvementée, la statuette rapportée par le Commandant Méry suit les contorsions d'une branche tordue. Cette sculpture illustre bien l'aspect transformiste de l'art pascuan et le concept, fréquent en Polynésie, de pluralité des entités surnaturelles et sans doute de celles des êtres humains : caractères sexuels ambivalents ou mélange de traits humains et d'animaux.