Changer de langue :

21 octubre

Sculpture de l'île de Mangareva

  • Sculpture Kanak
  • Sculpture Kanak (2)
  • Sculpture Kanak (3)
  • Sculpture de l'est de l'île de Gaua
  • Sculpture du sud-est de l'île de Vanua Lava
  • Sculpture de l'ouest de l'île de Gaua
  • Sculpture du nord de l'île d'Ambrym
  • Sculpture de l'île de Malo
  • Sculpture de l'île de Nendö
  • Sculpture des Iles Salomon
  • Sculpture de l'île de Makira (San Cristóbal)
  • Sculpture de Nouvelle-Irlande
  • Sculpture de Nouvelle-Irlande (2)
  • Sculpture de la région centrale du fleuve Sepik
  • Sculpture korwar
  • Sculpture de l'île de Nukuoro
  • Sculpture de l'île de Mangareva
  • Sculpture des îles Marquises
  • Sculpture des îles Marquises (2)
  • Sculpture de l'île de Tahiti (?)
  • Sculpture des îles Hawaii
  • Sculpture des îles Hawaii (2)
  • Sculpture de l'île de Pâques
  • Sculpture de l'île de Pâques (1)
  • Sculpture de l'île de Pâques (2)
  • Sculpture de l'île de Pâques (3)
  • Sculpture de l'île de Pâques (4)

Sculpture de l'île de Mangareva

Statue du dieu Rao Xe siècle ? Île de Mangareva, îles Gambier Bois H. 106 cm Collectée par la congrégation de Picpus, 1836 Ancienne collection Musée de la marine du Louvre, musée des Antiquités nationales Musée du quai branly Inv. 72.53.287

Les seules informations tangibles rapportées par les missionnaires de la congrégation de Picpus renvoient surtout à la description d'une cosmogonie et d'un polythéisme très complexes. Ils décrivent Rao comme une "idole de l'impureté". Il est présenté comme le dieu de la passion honteuse et du vice : "C'est à lui qu'était consacrée une plante appelée Ranga, dont la fleur est jaune, et l'odeur très pénétrante."
Les statues étaient conservées dans des édifices religieux ou "temples des idoles", selon les propres termes des missionnaires ; elles étaient censées représenter des divinités précises, consacrées à l'arbre à pain, à la pluie, au curcuma, à l'agriculture, etc.
En réalité, ces statuettes étaient vraisemblablement des images métaphoriques des divinités ; elles ne se substituaient pas aux dieux eux-mêmes, n'ayant d'autre fonction que de les représenter à un moment déterminé, lors de rites précis. Cette sculpture se situe à mi-chemin entre une abstraction délibérée exprimée dans la partie supérieure du corps - les traits du visage sont absents et les bras réduits à de petits ailerons latéraux -, et la moitié inférieure qui marque une étape vers le réalisme sculptural.