Changer de langue :

2 octubre

Sculpture sanaga

  • Sculpture bidjogo
  • Sculpture nalu
  • Sculpture sapi
  • Sculpture dogon
  • Sculpture tellem
  • Sculpture tellem ou dogon
  • Sculpture soninké
  • Sculpture dogon (2)
  • Sculpture dogon (3)
  • Sculpture nuna
  • Sculpture baoulé
  • Sculpture baoulé (2)
  • Sculpture dédiée à Gou, divinité du fer et de la guerre
  • Sculpture de la culture Nok
  • Sculpture de la culture Nok (2)
  • Sculpture Sokoto
  • Sculpture du royaume d'Ifè
  • Sculpture du royaume de Bénin
  • Sculpture du royaume de Bénin (2)
  • Sculpture mbembé
  • Sculpture ejagham
  • Sculpture bangwa
  • Sculpture Bamendou
  • Sculpture fang
  • Sculpture fang (1)
  • Sculpture fang (2)
  • Sculpture fang (3)
  • Sculpture fang (4)
  • Sculpture kota
  • Sculpture sanaga
  • Sculpture m'bété
  • Sculpture téké
  • Sculpture yangéré
  • Sculpture luba
  • Sculpture songyé
  • Sculpture hungana
  • Sculpture yombé
  • Sculpture vili
  • Sculpture zoulou
  • Sculpture sakalava
  • Sculpture Urhobo

Sculpture sanaga

Figure de gardien de reliquaire XIXe siècle Cameroun Bois, coquillage, perles de verre H. 26, 6 cm Ancienne collection du musée d'Ethnographie du Trocadéro Don M. Ferrière, 1901 Musée du quai Branly Inv. 71.1901.4.4

En attribuant de façon laconique cette œuvre à la "Sangha" (un important affluent du moyen Congo), son collecteur, M. Ferrière, a laissé planer une grande incertitude quant à son origine.
Le bassin de la Sangha est en effet très vaste. De plus, l'art de la Sangha n'a jamais été bien étudié et ce qu'on en connaît n'a manifestement aucun rapport avec cette figure.
Des recherches sur la sculpture du système d'initiation so des peuples du sud-ouest et du centre-sud du Cameroun ont permis de dégager des relations formelles entre la sculpture de M. Ferrière et une autre appartenant au Museum für Völkerkunde de Berlin provenant de la rive nord de la rivière Sanaga.
Le so est un rituel associant expiation et initiation et impliquant des danses. L'aire de danse était constituée d'une longue et étroite plate-forme taillée dans un tronc d'arbre. Une partie de cette plate-forme était destinée à placer un tableau présentant différents thèmes zoomorphes et anthropomorphes. Les scènes y étaient sculptées dans une partie du tronc. L'ensemble se nommait nzom (minzom au pluriel). Celui de Berlin montre un personnage dont le style est comparable à celui de la statuette collectée par M. Ferrière. Celle-ci évoque l'iconographie des gardiens de reliquaire et témoigne certainement de la diffusion vers l'est des conceptions cultuelles liées aux ancêtres.
Au début du siècle, G. Tessmann a observé chez les Bafia et les Yambasa (dont les cultures sont similaires mais les langues différentes) deux cultes mettant en scène des statues certainement en rapport avec le contrôle et la lutte contre la sorcellerie.