Changer de langue :

18 abril

Sculpture bidjogo

  • Sculpture bidjogo
  • Sculpture nalu
  • Sculpture sapi
  • Sculpture dogon
  • Sculpture tellem
  • Sculpture tellem ou dogon
  • Sculpture soninké
  • Sculpture dogon (2)
  • Sculpture dogon (3)
  • Sculpture nuna
  • Sculpture baoulé
  • Sculpture baoulé (2)
  • Sculpture dédiée à Gou, divinité du fer et de la guerre
  • Sculpture de la culture Nok
  • Sculpture de la culture Nok (2)
  • Sculpture Sokoto
  • Sculpture du royaume d'Ifè
  • Sculpture du royaume de Bénin
  • Sculpture du royaume de Bénin (2)
  • Sculpture mbembé
  • Sculpture ejagham
  • Sculpture bangwa
  • Sculpture Bamendou
  • Sculpture fang
  • Sculpture fang (1)
  • Sculpture fang (2)
  • Sculpture fang (3)
  • Sculpture fang (4)
  • Sculpture kota
  • Sculpture sanaga
  • Sculpture m'bété
  • Sculpture téké
  • Sculpture yangéré
  • Sculpture luba
  • Sculpture songyé
  • Sculpture hungana
  • Sculpture yombé
  • Sculpture vili
  • Sculpture zoulou
  • Sculpture sakalava
  • Sculpture Urhobo

Sculpture bidjogo

Sculpture bidjogo Figure orebok XVIIIe-début XIXe siècle Ile de Caravela, archipel des Bissagos, Guinée-Bissau Bois H. 37,7 cm Collectée par le Commandant Aumont, 1853 Musée du quai Branly 70.1998.8.1

En langue bidjogo, cette sculpture s'appelle orebok, terme signifiant à la fois esprit, âme et défunt. Cet orebok appartient à une série limitée de personnages assis, les mains sur les genoux, par opposition à un modèle plus courant avec les mains sur les rebords du siège, parfaitement identifiable comme être humain dans son rôle de chef. Le bois très dense a été choisi par le sculpteur parmi les meilleures essences et travaillé dans le fil du tronc selon les directives des anciens qui laissaient beaucoup d'autonomie à l'artiste. L'orebok a ensuite été consacré par le roi ou la prêtresse devant tout le village avec le sang d'un boeuf, animal noble par excellence pour les Bidjogo. Jusqu'au jour où il fut emporté, il a sans cesse été honoré en étant enduit de vin de palme ou d'huile et noirci au feu ranimé chaque soir par la prêtresse. Ainsi était maintenue son énergie divine.