Changer de langue :

27 agosto

Gradhiva n°9

otoño 2009 : Arts de l'enfance, enfances de l'art

Gradhiva n°9

dossier coordonné par Daniel Fabre

Dans sa poursuite des étrangetés qui dépaysent, l’art moderne n’a cessé de faire bouger ses frontières en incluant « l’autre de l’art » dans son espace. Ce que les historiens de l’art ont nommé « primitivisme » désigne ce mouvement qui s’épanouit au début du XXe siècle. Or, dès le romantisme, l’altérité exotique a été confrontée à une autre, celle qu’incarne l’enfant auprès de nous et en chacun de nous. Le court-circuit a eu lieu vers 1845, à Paris, sous l’égide de George Sand, de Champfleury et de Baudelaire. Il marquera de Corot à Picasso, de Courbet à Kandinsky, de Paul Klee à Joan Miró une longue période de la création plastique.

L’équivalence, déjà posée par les artistes, entre les productions de l’enfant et celles du primitif, l’un et l’autre détenteurs des « lignes élémentaires », rencontre l’idée de quelques biologistes qui perçoivent dans la croissance du petit humain la récapitulation accélérée de l’histoire de notre espèce. L’horizon qui s’ouvre est fascinant : l’art des enfants est-il un reflet de l’enfance de l’art ? Les savants – psychologues, préhistoriens, anthropologues – prennent alors le relais des artistes. Ils abandonneront bientôt l’idée d’une pure et simple équivalence pour scruter une énigme qui n’est toujours pas refermée : pourquoi, de par le monde, les productions des enfants se ressemblent-elles et comment en viennent-ils à exprimer les différentes cultures graphiques et plastiques dans lesquelles ils sont élevés ? Les ethnologues des années 1930 (Griaule, Evans-Pritchard, Lévi-Strauss, Thérèse Rivière, Margaret Mead) se souviennent de ces questions et savent solliciter ce que les enfants font de leurs mains.

Sans doute les points de vue de l’artiste et du savant se distinguent – retrouver l’enfance n’est pas étudier l’enfant – mais les moyens qu’ils utilisent – l’enquête, la collection et l’exposition – sont identiques et suscitent souvent leur mutuelle curiosité. Aujourd’hui, « l’art des enfants » est devenu une catégorie à part, isolée dans son monde, tout absorbée par la pédagogie ; ce numéro voudrait rappeler combien il fut, pendant un long demi-siècle, un des foyers vivants où création esthétique et réflexion anthropologique se passaient réciproquement le relais.

Sommaire

Dossier

Daniel Fabre : "C'est de l'art !" Le peuple, le primitif, l’enfant

Présentation

I. Les enfants de l’art

Emmanuel Pernoud : Corot : le modèle enfant, l'impression d'enfance

Pierre Georgel : Regard sur l’autre dessin d’enfant. Autour de Fallimento de Balla

Michèle Coquet : Picasso ou l’enfance en boucle

 

II. Œuvre de l’art et objet de science : le dessin d’enfant

Franck Beuvier : Le dessin d’enfant exposé, 1890-1915. Art de l’enfance et essence de l’art

Earl Barnes : Corrado Ricci en Californie : « l’art des petits enfants » (document)

René Baldy : « Dessine-moi un bonhomme ». Universaux et variantes culturelles

René Baldy, Daniel Fabre : Des enfants dessinateurs au Moyen Age (note documentaire)

 

III. Ethnologues sur le terrain de l’enfance

Éric Jolly : Des jeux aux mythes : le parcours ethnographique de Marcel Griaule

Michèle Coquet : L’album de dessins indigènes. Thérèse Rivière chez les Ath Abderrahman Kebèche de l’Aurès (Algérie)

Chroniques scientifiques

Emmanuel Pernoud, L'Enfant obscur : Peinture, éducation, naturalisme, Paris Hazan, 2007, par Claire Le Thomas

Claudie Voisenat éd., Imaginaires archéologiques, Paris, Maison des Sciences de l'Homme, « ethnologie de la France », 2008, par Emmanuel Grimaud