Changer de langue :

26 October

De la "danse Shiva" à la world music

Icône du rythme et langage des gestes entre l’Inde, l’Europe et les Etats Unis

  • mardi 29 et mercredi 30 mai 2012
  • 9h30 -19h00
  • salle de cinéma

Colloque international organisé par Tiziana LEUCCI et Raphaël ROUSSELEAU (CEIAS, EHESS-CNRS, Paris) avec le département de la Recherche et de l'Enseignement du musée du quai Branly, le centre d'études de l'Inde et de l'Asie du Sud (CNRS-EHESS), Université de Lausanne(IRCM-FTSR), et l'association pour la recherche en anthropologie sociale

Le dieu Shiva dansant dans un cercle de feu est aujourd’hui une image célèbre de l’hindouisme. Si les bronzes qui le représentent remontent au Xème siècle, l’interprétation commune qui l’accompagne date, quant à elle, des travaux orientalistes de l’aube du XXème siècle (P. Kaimal). En se concentrant sur ces interprétations, le présent colloque réunit pour la première fois des anthropologues, des historiens de la danse et du cinéma, des ethnomusicologues et des chorégraphes autour de la variété indienne de l’orientalisme dans le domaine de la danse et de la musique. Il s’agit d’évaluer combien la réception de la musique et la danse indiennes a répondu précisément à deux quêtes occidentales de cette époque : celle d’un langage universel du corps et du rythme d’une part, et celle d’une ‘spiritualité’ orientale censément originaire d’autre part. Nous voyons que l’icône de Shiva nâtarâja,  « seigneur de la danse », en particulier, condense toutes les spéculations de   « l’âge du rythme » des années 1910-30 (L. Guido) sur un ‘savoir oublié’ de correspondances entre les mouvements du corps et ceux de l’univers. Partant de ces spéculations remontant parfois au XVIIIe s., nous traverserons la ‘Belle Epoque’ et ses ‘danseuses hindoues’, avant d’aborder la réception du danseur indien Uday Shankar. Dans le domaine musical, nous examinerons parallèlement l’évolution du statut des collections d’instruments exotiques, de simples curiosités à celui d’exemples d’une ethno-musicologie alternative, adaptés à une esthétique différente. Nous nous concentrerons sur la reconnaissance d’une musicologie indienne, puis à la formation d’une catégorie de World Music, et de filières spécifiques.


À l’heure où des versions glamours de Bollywood s’affichent partout, ce colloque est l’occasion d’approfondir les traditions musicales et chorégraphiques indiennes au-delà des clichés. Nous voyons combien ces formes actuelles s’enracinent dans une longue histoire d’interactions et de ‘métissages’ qui contribuent précisément à la richesse de la scène artistique contemporaine.
Outre les interventions orales, le colloque est accompagné de projections de films et d’ateliers et démonstrations de danse et de musique.

consulter et télécharger le programme du colloque (format pdf)