Changer de langue :

24 April

colloquiums and symposiums

Jean Baudrillard / Traverses

 

seduction, illusion, impossible exchange

 

international encounters

friday 17 and saturday 18 september 2010 at the claude levi-strauss theatre

In homage to the thought and work of Jean Baudrillard, philosophers, architects, sociologists and anthropologists come together for two days of discussion of the concepts of seduction, illusion and exchange.

On the basis of the bridges established by Jean Baudrillard and Jean Nouvel between architecture and philosophy, three half-days of discussions have been organised relating to ideas of radical space, dual space and primitive space.

introduction to the encounters by Jean Nouvel

consult the programme for the encounters and listen to the discussions

ASEMUS 2010

The ASEMUS (Asia Europe Museum Network) was created in September 2000 with the aim of promoting exchanges relating to the collections of Asian and European museums.

The network has developed specific cooperation projects during a number of conferences, colloquiums and workshops. During these first ten years of existence, the ASEMUS has promoted the reinforcement of working relationships between professionals in Asian and European museums.

Through a variety of projects such as the travelling exhibition "Self and Other" and the "Virtual Collection of Masterpieces", new knowledge and illumination relating to a shared heritage have been made accessible to the general public in Asia and Europe.

The ASEMUS 2010 colloquium will take place on 9 and 10 September 2010 in the Claude Lévi-Strauss theatre at the musée du quai Branly.

The colloquium is by invitation. If you would like to receive information on the colloquium, contact us on the following e-mail address: asemus2010(at)quaibranly.fr

documents to download

internet links

Insecure housing, social exclusion and urban and environmental policies in the megalopolises of India and Brazil.

1 february: université de paris ouest-nanterre-la défense
2 and 3 february musée du quai branly

In São Paulo and Rio de Janeiro just as in Mumbai and Delhi, economic reorganisation accentuates social and spatial fractures: acute housing problems, spectacular growth of insecure housing (Indian slums and Brazilian favelas), rapid periurbanisation, ecological threats to neighbouring forests. Public authorities attempt to respond by means of programmes for housing, renovation or preservation – all the subject of the study programme SeTup, financed by the ANR (setup.csh-delhi.com).

This international colloquium is the opportunity to place these results in a more general comparative context by means of a comparison with the Île-de-France. The problem of insecure housing, which first became acute in the 1960s and 1970s has now returned: townships continue or reappear, large urban areas are in crisis, particular segments of the population find accommodation with difficulty... It is time to rethink a policy for more sustainable social housing.

Is there a means of modifying this social exclusion? Are we seeing the emergence of new conflicts between spaces (centre/periphery) and sectors (accommodation/"natural" resources)? To what extent, on an urban, globalised yet decentralised planet, can the central state, municipalities or regions be key actors? How can we reconcile social measures favouring accommodation for the poorest with ecological measures to protect biodiversity reserves?

These and many other questions will be debated by researchers from Brazil, India and France, but also by actors from local and regional authorities. 

"urban nature" photographic exhibition in the foyer of the claude levi-strauss theatre, musée du quai branly. 

2 and 3 February: musée du quai Branly (Metro stations Alma-Marceau, Iéna, Ecole Militaire, Bir Hakeim or RER C Pont de l'Alma), Théâtre Claude Lévi-Strauss

  • 2 February, 9.30 am-5.30 pm :
    Townships in India and Brazil: can the French experience be exported?
    Local actors and mobilisation
    • 3 February, 9.30 am-7.00 pm: 
      Urban and periurban natural parks?
      Urban national parks in India and Brazil

more about the programme

Free access with limited seating

Visual studies in the French-speaking world

  • Tuesday and Wednesday 6 and 7 January 2011, 9.30 am to 6.30 pm
  • Cinema  

International colloquium organised by the Department of Research and Education at the musée du quai Branly.

Having transformed the Anglo-Saxon academic landscape, visual culture studies make their entrance into the French speaking world: laboratories, research units, online publications, "visual culture" chairs. Focusing on vision, the visual dimension of the social and on images of all kinds (both artistic, scientific and "popular"), this is an exciting new academic field. 

For an examination of the subject, the encounter on Thursday 6 and Friday 7 January 2011 at the musée du quai Branly (Paris) unites historians, art historians, translators, sociologists, literati and anthropologists. The contributions and discussions will enable the description of any continent-specific aspects of visual studies, together with the main epistemological issues in the field.

Open to the public without prior registration, subject to available places

consult and download the "Visual Studies" colloquium programme

The mad act

Programme ACMAP (EHESS, Centre ANHIMA and Université de Lille III)

presentation of the colloquium, 28-29 june 2010
"l'acte fou": comparative analyses of a method for action and presence

organised by Jean-Michel Carrié (EHESS, Centre ANHIMA) Catherine Darbo Peschanski (CNRS, Centre HALMA Lille) Frédérique Ildefonse ((CNRS, Ivry and Centre ANHIMA) Renée Koch Piette (EPHE and Centre ANHIMA)

  • Monday 28 June: at the INHA, 2 rue Vivienne, from 2.00 pm to 7.00 pm 
    Tuesday 29 June at the musée du quai Branly, in the cinema
    from 9.00 am to 1.00 pm and from 3.00 pm to 7.00 pm

These study days are the second event organised by the ACMAP group (Beyond the subject. Comparative studies of methods for action and presence). They examine "l'acte fou" (literally, "the mad act"), in a variety of cultural traditions and from the point of view of the following: India, ancient Greece, China and Rome, contemporary Japan and Guinea-Bissau.

The "mad act" is the act that a given culture characterises in its language, words or references as a deviation, something that can be rejected, tolerated or magnified. The idea is as follows: working with the "mad act" should provide us with a lateral means of access to the analysis of the act that would not be open to us in another manner.

Working on the "mad act" is, in the context of this singular act, pursuing the examination of the act, to the extent that this is possible by means of an enquiry into the different cultural characterisations of those psychisms that favour dynamics rather than seeking to establish a cartography of the soul's faculties. The analysis of the act enables us to displace the frontier between interior and exterior, or at least to see it move a little. This then becomes the ally of our group's approach; a group that intends to consider the interior as distinct from interiority and to suspend any premature use of concepts such as "the subject", "the person", "the me", or "the individual and the self".

open and download the programme of the "L'acte fou" colloquium (pdf document, 136 kB, new window)

study day and AFAS General Assembly

 

Association Française des Archives Sonores

Sound and ethnomusicology archives: some items of news

  • Friday, June 24 from 9 a.m.
  • Cinema
  • Free entrance following mandatory registration with Claire Schneider (csh(at)quaibranly.fr) or Pascal Cordereix (pascal.cordereix(at)bnf.fr)
  • meet at 9.00 am or 9.45 am exactly at 222 rue de l'Université (administrative entrance)

programme of the day

morning: session president, Elizabeth Guiliani, AFAS

9.00 am tour of the media library with Anne Faure, Deputy Director of the Heritage and Collections Department, Head of the Media Library of the musée du quai Branly

9.45 am introduction to the day by Anne Faure, musée du quai Branly media library and Elizabeth Giuliani, president of the AFAS

10.00 am presentation of the collective inventory of the original ethnomusicology audio collections of the CREM, MUCEM, musée Guimet, musée du quai Branly, BnF, carried out in the context of a BnF research programme by Pascal Cordereix, Bibliothèque nationale de France

10.15 am Téléméta: towards a "solution for archiving, analysis, encoding and encapsulation of metadata dedicated to research and documentation professions" by Joséphine Simonnot, CREM (Centre de Recherche en Ethnomusicologie/CNRS)

10.30 am the publication (CTSH, Dastum, 2009) of the "archives of the Mission for musical folklore in Lower Brittany in 1939 by the Musée national des arts et traditions populaires" by Marie-Barbara Le Gonidec, MUCEM (Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée)

10.45 am break

11.00 am AFAS General Assembly

afternoon: session president, Claire Schneider, musée du quai Branly

2.00 pm The project for digitising the Pathé Marconi/EMI sound archives of Arabic music by Naima Yahi, association Génériques

2.30 pm the oral heritage portal: FAMDT/BnF/CNRS by Véronique Ginouvès, Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme-Université Aix-Marseille/CNRS

3.00 pm the world events portal and dissemination on the musée du quai Branly's documentary portal by Marie-Hélène Serra, Cité de la musique and Françoise Dalex, musée du quai Branly

3.30 pm the documentary and availability policy for the original ethnomusicology audio collections at the musée du quai Branly, by Claire Schneider, musée du quai Branly

4.00 pm closing session

anthropological reconstruction

Colours on bodies CNRS/Nivea, Trocadéro

 

how and for whom?

  • Thursday and Friday 2 and 3 December, 10:00 a.m. to 7:30 p.m.
  • cinema

The first day of this colloquium organised by the "Anthropology of Perception" team from the Social Anthropology Laboratory and the "Anthropology and History of the Arts" GDRI will question the forms of reconstruction and collaboration with native populations, the issue of heritage, museographical experiments and the Internet as the source of new writings.  The second day, dedicated to the conditions of audiovisual productions in anthropology and to "what we can say or show, or not", will terminate with a round table examining the issue of anthropology and the misunderstandings inherent in the reception of the reconstruction process by the general public. 

Scientific direction: Barbara Glowczewski (DR, CNRS/LAS) and Michèle Fiéloux (CR, CNRS/LAS)

open and consult the programme of the "Anthropological reconstruction" colloquium

International symposium : rituals and power at Teotihuacan

Thursday 8 and Friday 9 October 2009

Over the course of the first few centuries A.D., Teotihuacan became one of the greatest powers ever known in the Mesoamerican world. Extending its influence over distant regions, it has long been accepted that this city, whose scale and rigorous planning remain unequaled, was organized as a state. However, despite a century of research, specialists remain divided over the nature and organization of power, and propose a wide range of hypotheses (theocracy, monarchy, tetrarchy, corporate rule, etc.). The present colloquium is not intended to resolve this problem; rather it seeks to clarify aspects of power through its expression in ritual practices, of which numerous indices remain preserved within the ancient city. These expressions are detected through urbanism, architecture, ceremonial deposits, as well as in iconography. A number of these rituals appear to be closely tied to the power whose nature continues to escape archaeologists. The goal of this meeting is to present approaches and new data concerning the articulation between these two domains of society, emphasizing in particular the ideological, social, and political implications of the ceremonial practices.

to view the program, please click here

to view the abstracts, please click here

théâtre Claude Lévi-Strauss

October 8 from 10:00 am to 5:00pm
October 9 from 10:00 am to 5:00 pm

International Symposium Exhibiting Polynesia: past, present and future

Plat aux deux personnages, ÎLES HAWAII, Océanie © Londres, British museum

Tuesday 17 and Wednesday 18 of June

Cinema

10h00am - 5h30pm

Free entrance submitted to registration: l.humphreys(at)uea.ac.uk

To know more about the program

 

 

 

 

 

 

Abstracts

colloque international "littératures noires"

Portrait d'Alain Locke de Winold Reiss, 1925 © Avec la permission de The Reiss Partnership

vendredi 29 janvier
Bibliothèque Nationale de France
Petit Auditorium
9h15 – 19h

samedi 30 janvier
musée du quai Branly
théâtre Claude Lévi-Strauss
9h15 – 19h

à l’occasion de l’exposition Présence Africaine, le musée du quai Branly, en partenariat avec la Bibliothèque Nationale de France, propose un colloque international réunissant auteurs, éditeurs, critiques et spécialistes de la littérature sur « les littératures noires » contemporaines.

entrée libre dans la limite des places disponibles

visionner le programme

présentation du colloque Littératures noires

biographies des intervenants

consulter les actes du colloque Littératures noires

en savoir plus sur l'exposition Présence Africaine

Mémoire heureuse, héritages douloureux : des lieux, des arts et des jeux

  • 13-14 décembre 2011
  • salle de cinéma
  • 10h00-19h00

Colloque international organisé par Barbara Glowczewski et Aïda Kanafani-Zahar
pour l’équipe « Anthropologie de la Perception » du Laboratoire d’Anthropologie sociale, le GDRI « Anthropologie et Histoire des Arts » et le Réseau TransOceanik

consulter et télécharger le programme du colloque "Mémoire heureuse, héritages douloureux : des lieux, des arts et des jeux" (fichier pdf)

ARTfrocentrismes. Représentations artistiques et imaginaires de l’Afrique

  • Jeudi 1er et vendredi 2 décembre 2011
  • 9h30 -17h30 et 10h00 -13h00
  • salle de cinéma

Journées d’étude
Manifestation ouverte au public dans la limite des places disponibles

Depuis cinquante ans, l’Afrocentrisme est au centre des débats sur la présence noire dans le monde, la formation des identités culturelles noires et la constitution des savoirs sur l'Afrique. Le terme, apparu en 1962 sous la plume de l'historien africain-américain W.E.B. Du Bois, sert à désigner les courants intellectuels qui proposent une relecture de l’histoire mondiale d'un point de vue africain et célèbrent les racines culturelles africaines.

Les deux dernières décennies ont été marquées par des polémiques, parfois virulentes, concernant la pertinence de ces thèses afrocentristes au sein du champ académique. A rebours de ces débats, nous souhaitons, dans cette journée d’études, observer plutôt comment ces thèses ont été lues, interprétées, appropriées et réinventées par les individus et les communautés entre l’Afrique, l’Amérique et l’Europe. Quelles pratiques culturelles sont nées de ou ont contribuées à la formation de l’Afrocentrisme ? Et sur quels réseaux sociaux ces pratiques s’appuient-elles pour créer de nouvelles connexions entre Africains et Afro-descendants au sein de l’Atlantique noir ?

Afin de mener à bien notre réflexion, nous privilégierons l’analyse de l’impact et des répercussions de l’Afrocentrisme sur le champ artistique. Pierre angulaire des politiques du nationalisme culturel, qui, à partir des années soixante, forgèrent les discours afrocentristes contemporains, l’art nous apparaîtra comme un lieu stratégique dans la construction et la promotion d’une Afrique imaginée, utilisée comme source d’identifications complexes. Art plastiques et scéniques, musique, cinéma seront au cœur de notre approche et nous permettront d’analyser concrètement les élaborations d’afrocentrismes populaires, pratiques sociales et culturelles.

Comité d’organisation scientifique :
Julien Bonhomme (musée du quai Branly)
Sarah Fila-Bakabadio (Université Cergy-Pontoise)
Sarah Frioux-Salgas (musée du quai Branly)
Pauline Guedj (Université Lyon-2)

Organisation :
Anna Gianotti Laban
Responsables de la coordination des manifestations scientifiques, musée du quai Branly
anna.laban(at)quaibranly.fr
01 56 61 70 24

consulter et télécharger le programme des journées d'étude "ARTfrocentrismes" (format pdf)

Ecritures visuelles des sciences sociales en miroirs

  • mardi 22 novembre de 14h30 à 18h00 et mercredi 23 novembre de 10h00 à 19h au musée du quai Branly
  • salle de cinéma

entrée libre dans la limite des places disponibles

Vers un partage entre cultures différentes dans la production du savoir
Un échange franco-norvégien

Les praticiens du cinéma et ceux des sciences sociales ont en commun une histoire où ils se rencontrent sur des objets et des méthodes. L’intention, documentaire ou monographique, participe au même effort de rendre compte des faits sociaux.
Les deux entreprises impliquent une interrogation sur les sources et une relation au réel. De cette expérience, fondée sur des interactions humaines, émergent des
constructions intellectuelles et sensibles. Dans les deux cas se posent des questions d’écriture propres à chaque support. L’image cinématographique autorise d’autres rendus du réel où l’émotion ajoute une nouvelle dimension. Ainsi, il contribue à d’autres formes de connaissance et de compréhension qui s’expriment dans la recherche, la vulgarisation et l’enseignement.
Depuis 1997, le département des Visual Cultural Studies de l’Université de Tromsø, s’est donné un instrument de formation efficace. Le passage à l’acte cinématographique y est pris en compte dans toutes ses dimensions, techniques et intellectuelles.
Les compétences dans ces formes non scripturaires de connaissance sont
non seulement utiles pour la communication entre les groupes sociaux, entre Nord et Sud, mais aussi pour susciter le partage intellectuel.
A l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, l’objectif de l’atelier d’écriture
documentaire est de favoriser l’acquisition de postures intellectuelles et éthiques propres au cinéma. Le soutien continu du CNRS-Images (Centre National de la Recherche Scientifique) a permis de créer un Prix de l’atelier d’écriture documentaire dont certains lauréats participent à cette rencontre.
Ce sont ces deux expériences particulières, que la rencontre franco-norvégienne «Ecritures visuelles des sciences sociales en miroirs » souhaite mettre en évidence.

Consulter et télécharger le programme du colloque Ecritures visuelles des sciences sociales en miroirs (format pdf)

anthropologie comparative des sociétés insulaires de l’océan indien occidental, terrains et théories

du mercredi 27 au vendredi 29 avril 2011

Le colloque se tiendra :

à l’Université de Paris Ouest Nanterre

  • mercredi 27 avril de 9h30 à 18h30
  • jeudi 28 avril de 9h30 à 17h

au musée du quai Branly

  • vendredi 29 avril de 9h30 à 18h
  • salle de cinéma, salles de cours 1, 2 et 3

organisé par le Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (LESC), CNRS - Université de Paris Ouest Nanterre La Défense (Maison de l’archéologie et de l’ethnologie), et par le Département de la Recherche et de l’enseignement du musée du quai Branly.

en savoir plus sur le colloque "anthropologie comparative des sociétés insulaires de l’océan indien occidental, terrains et théories" (vers le site Maison Réné-Ginouvès, nouvelle fenêtre)  

consulter et télécharger le programme du colloque international : anthropologie comparative des sociétés insulaires de l’océan indien occidental, terrains et théories

Montrer / Occulter Les actions de modifications de la visibilité Approches comparatives

jeudi 3 et vendredi 4 mars  de 9h45 à 18h30

salle de cinéma
accès libre dans la limite des places disponibles

Colloque organisé par le groupe de recherche « Ontologie des images, figuration et relations rituelles » (Instituto de Investigaciones Históricas/ UNAM - MQB) et le Laboratoire d’Anthropologie Sociale (Collège de France - CNRS -  EHESS)

consulter et télécharger le programme du colloque Montrer / Occulter

droit et patrimoine culturel immatériel

  • Les 13 et 14 janvier 2011 de 9h30 à 17h30 - Salle de cinéma

Colloque international organisé par le Département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique (Direction générale des patrimoines, Ministère de la Culture et de la Communication),

le Centre de recherches sur le droit du patrimoine culturel et naturel
(CECOJI, CNRS-Université de Poitiers/UMR 6224, Université Paris-Sud 11)
l’Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain (IIAC)
(UMR 8177, CNRS/EHESS/Ministère de la Culture et de la Communication)

Comité scientifique :
Chiara Bortolotto, Marie Cornu, Jérôme Fromageau, Christian Hottin, Sylvie Grenet

Accès libre mais inscription obligatoire jusqu’au 7 janvier 2011
dans la limite des places disponibles au
CECOJI – 27, rue Paul Bert 94204 Ivry sur Seine Cedex

ouvrir et consulter le programme du colloque "Droit et patrimoine culturel immatériel"

La Préhistoire des Autres

  • mardi 18 et mercredi 19 janvier 2011 de 9h30 à 18h30
  • théâtre Claude Lévi-Strauss

Colloque international organisé par l’Institut national de recherches archéologiques préventives et le musée du quai Branly

Comment l’archéologie et l’anthropologie abordent-elles le passé des sociétés non occidentales ? Comment l’anthropologie prend-elle en compte le passé des sociétés dites « tribales » qu’elle étudie ? Comment ces sociétés se représentent-elles leur passé et comment l’archéologie peutelle leur apporter une profondeur historique ? Quel est l’apport de l’archéologie à la connaissance de ces sociétés souvent appréhendées de manière intemporelle ? Dans quelles perspectives historiques et archéologiques replacer ces sociétés ? Comment, en retour, l’anthropologie et l’archéologie des sociétés non européennes permettent-elles de donner des perspectives renouvelées à l’archéologie « occidentale » ? 
Associant archéologues et anthropologues travaillant sur des cultures non occidentales, ce colloque présentera les avancées récentes dans le champ de la recherche, en mettant l’accent sur la Préhistoire  non occidentale. Synthèses générales et études de cas permettront de faire le point sur la diversité des domaines et des zones géographiques abordées. 

consulter et visualiser le programme du colloque "La préhistoire des Autres"

en savoir plus sur la publication des actes du colloque "La préhistorie des Autres"

l’art d’être “autochtone” : figures du tribal et figurations tribales en Inde

vendredi 18 Juin 2010 de 9h30 à 18h30

salle de cinéma

  • journée d'étude coordonnée par Raphaël Rousseleau
  • co-organisée par le musée du quai Branly, ANR “HimalArt”, LESC, Paris X - Nanterre, Centre d’Etude de l’Inde et de l’Asie du Sud (CNRS-EHESS)

présentation

L’art tribal de l’Inde, ou art âdivâsî, est communément défini comme une forme d’expression “autochtone”, en plusieurs sens. Il s’agirait d’abord (1) de l’art des “premiers habitants” ou “aborigènes” (âdivâsî) du territoire indien, qui seraient antérieurs à la venue des porteurs de la langue sanscrite et du système des castes, sans parler bien sûr des colons européens ultérieurs. Pour cette raison, certains auteurs considèrent ces groupes comme les représentants de l’authentique Inde “précoloniale”.

Par cette antériorité fondatrice et le mode de vie censément forestier des tribaux, l’art aborigène indien sous-entend aussi (2) des formes esthétiques dont la référence majeure est l’environnement naturel (végétation, animaux), sinon la terre même élevée au rang de divinité majeure, selon quelques auteurs largement diffusés.

Cette journée d’étude réunit quelques spécialistes du domaine, pour distinguer nettement deux aspects du problème: -l’art âdivâsî tel qu’il est imaginé et présenté à partir de la figure du tribal comme “primitif indien” par les citadins, indiens ou occidentaux, et –le même art tel qu’il est pratiqué, vécu et commenté par ses producteurs locaux. Cette perspective critique permettra, dans un premier temps, de retracer les étapes majeures de la genèse de l’engouement contemporain pour diverses formes d’expression “tribales” en Inde, tout en soulignant le rôle qu’a joué paradoxalement l’image du “primitif indien” dans le développement de l’art “moderne” de ce pays. On verra, par exemple, que “l’art tribal” indien ne cesse, depuis sa definition, d’être à la fois associé à, et distingué de, son jumeau conceptuel: l’art ‘populaire hindou’, et qu’ils s’inscrivent tous deux dans une quête d’identité nationale.

Dans un second temps, l’examen des acteurs et des buts effectivement recherchés offrira un tableau plus approfondi du statut des “artistes” tribaux contemporains et de leurs créations. La catégorie même d’artiste est évidemment neuve pour ces populations et entraînent un certain nombre de changements socio-culturels qui mettent en pleine lumière certains individus plutôt que d’autres. De même, la promotion de ce type d’art est dépendante de politiques culturelles nationales qu’il est important de prendre en compte, car elles orientent elles aussi le type d’oeuvres diffusé. Certains des intervenants aborderont ces questions.

Revenant en-deça de ces transformations récentes, d’autres s’interrogeront sur l’utilisation orginale des objets concernés (peintures, sculptures), et sur leur statut : s’agit-il de “représentations” au sens strict, ou de “présentifications” (J.-P. Vernant), c’est-à-dire d’objets invocatoires, supports temporaires d’une présence divine, ou encore d’images permettant une médiation entre groupes humains et diverses formes d’altérités non-humaines?Sur ce point, les notions occidentales de “nature” ou de “terre” apparaissent trop génériques par rapport à celles qu’utilisent les âdivâsî. Par ailleurs, l’art “aborigène” n’est pas exempt de références à la société des castes hindoue d’ici-bas. Comment articuler tous ces faits?

Autant de questions ouvrant à une meilleure compréhension de ces objets et
leur évolution, que nous poserons à partir de matériaux de terrain. Entre l’image du primitif et le statut d’artiste contemporain, nous verrons finalement comment quelques créateurs âdivâsî actuels négocient avec leur image pour créer une oeuvre propre.

ouvrir et télécharger la programmation détaillée

le rire postcolonial : répresentations des minorités ethnoraciales dans l'humour

dessin de Pia-Mélissa Laroche

le 14 mai 2010 à 18h30
théâtre Claude Lévi-Strauss


Table ronde organisée par la revue Poli – Politique de l’image


À l’occasion de la sortie du deuxième numéro de Poli – Politique de l’image, la revue organise au musée du quai Branly une table ronde autour de la représentation des minorités ethnoraciales dans l’humour.

De nombreux auteurs et acteurs se sont emparés de l’humour ces vingt dernières années pour mettre en récit et en rires les discriminations et stéréotypes. Cette table ronde propose d’entamer une réflexion sur la manière dont le rire travaille la question postcoloniale, le racisme et les identités.

L’écrivain François Bégaudeau, la journaliste Rokhaya Diallo, le réalisateur Michel Hazanavicius (sous réserve), le sociologue Éric Macé et la professeure en cinéma et audiovisuel Raphaëlle Moine discuteront avec Nelly Quemener de la place des minorités ethnoraciales dans l’humour autour d’extraits d’archives audiovisuelles de l’INA.

en savoir plus sur le programme

colloque international "l’inaliénabilité des collections publiques, performances et limites?"

2 et 3 mars 2010, de 9h30 à 18h30, en salle de cinéma

sur inscription obligatoire à : cecoji(at)ivry.cnrs.fr

et dans la limite des places disponibles

Le Groupe de recherches en droit du patrimoine culturel (CECOJI/CNRS, Université de Poitiers, Faculté Jean Monnet, Université Paris 11), l’Université de Corte (UMR LISA) et le musée du quai Branly organisent, en lien avec le Groupe de recherche international en droit du patrimoine culturel et droit de l’art un colloque sur le thème de « l’inaliénabilité des collections publiques, performances et limites » les 2 et 3 mars 2010 au musée du quai Branly.
La règle d’inaliénabilité constitue une pièce maîtresse dans la protection des collections publiques, assurant leur permanence et garantissant ainsi leur conservation et leur transmission. Les biens et oeuvres qui les composent sont hors commerce, principe réaffirmé dans la loi française sur les musées en 2002 et en 2004 avec la délimitation du domaine public mobilier resséré autour des biens culturels.
Le principe d’indisponibilité des collections  est également partagé par un certain nombre d’Etats. La règle n’est cependant pas intangible. La question de l’inaliénabilité est aujourd’hui en débat, en particulier dans la faculté de déclassement de certaines oeuvres, d’où l’intérêt de revenir sur les fondements de la règle, sa portée et son utilité dans la préservation du patrimoine.
Les travaux se feront sous une perspective historique, comparative et internationale.

programme détaillé

 

un monde en mouvement, enjeux politiques et migrations

mardi 5 et mercredi 6 janvier 2010

colloque des instituts français de recherche a l’étranger

organisé par le Ministère des affaires étrangères et européennes et la Direction générale de la mondialisation, du développement et des partenariats

même si la question de la mobilité, et de sa reconnaissance comme un droit humain fondamental pour tous, se pose de nos jours avec force, ses origines remontent bien au-delà des XIXème et XXème siècles, qui ont vu le nombre de ces déplacements s'accroître et les distances parcourues s'étendre dans des proportions prodigieuses...

renseignements et inscriptions sur www.ifre.fr

téléchargez le programme du colloque

théâtre Claude Lévi-Strauss

entrée gratuite dans la limite des places disponibles

performance, art et anthropologie

Agustí Torres Domenge, Paso Doble. Performance de Miquel Barceló et Josef Nadj, 2006

mercredi 11 et jeudi 12 mars 2009 - théâtre Claude Lévi-Strauss

organisateurs : Caterina Pasqualino (CNRS) et Arnd Schneider (University of Oslo)

entrée libre sur présentation du programme

 

La circulation des pratiques culturelles constitue une source de mutations qui ne cesse d’étonner. Ce colloque propose une analyse croisée des rituels issus des sociétés traditionnelles et des performances produites par les artistes contemporains. Ce rapprochement mettra à contribution deux cultures scientifiques : d’une part, l’anthropologie, héritière d’un débat nourri sur la question du rituel, et, d’autre part, l’histoire de l’art, discipline directement concernée par les performances artistiques, mais aussi curieuse des traditions non occidentales. Les dénominateurs communs entre performances artistiques et performances rituelles concernent la spatialité en jeu, la nature des éléments de la manipulation, le temps hors norme de l’action et la production de symbolique. Il est opportun de se pencher sur ces convergences de significations. Nous aborderons, dans ce cadre, trois thématiques qui nous paraissent centrales. La première concerne une mise en perspective historique de la performance, la seconde est liée à l’implication du corps, la troisième questionne la valeur épistémologique des rituels et de la performance.

pour visionner le programme  cliquez ici 

résumés des intervenants cliquez ici

actes du colloque cliquez ici

montrer les violences de guerre

vendredi 12 décembre 2008
de 9h30 à 18h00

Annette Becker (Paris X-Nanterre) et Octave Debary (Paris V René Descartes)présentent le colloque organisé en collaboration avec l'EHESS, le CNRS, le IIAC, l'INHA et le musée du quai Branly

Pour visionner le programme cliquer ici

l'animisme parmi nous

Reina de la Tierra, statuette en papier découpé, Otom - Mexique ©musée du quai Branly, photo Patrick Gries

samedi 29 mars de 09h15 à 18h30
dimanche 30 mars de 9h30 à 13h00

Rencontre entre anthropologues et psychanalystes à l'initiative des Monographies et débats de psychanalyse

Ce colloque donnera lieu à la publication d'un volume des Monographies et débats de psychanalyse.


Pour en savoir plus sur le programme, cliquez ici

the Lapita epic

Wednesday 10 November 2010, cinema

The study day aims to summarise knowledge about the Lapita population who inhabited the Pacific south west 3000 years ago. The colloquium involves an international panel of archaeologists and anthropologists specialising in the subject. The different themes of the day will cover the great phases and subjects of study relating to the Lapita, from their Austronesian origins in south east Asia until the discovery of the frontier of western Polynesia in the central Pacific. All of the Anglo-Saxon speakers are university lecturers, and the PowerPoint presentations are open both to professional archaeologists and to students of all levels with an interest in the subject. The study day will end with a debate open to the participants.

colloquium organised in the context of the Lapita exhibition, from 9 November 2010 to 9 January 2011

open and consult the programme of the "The Lapita Epic" colloquium (pdf document, 150 kB, new window)