Qyrq Qyz et les Quarante Jeunes Filles

Epopée musicale des steppes d'Asie Centrale

Qyrq Qyz, épopée légendaire des steppes d’Asie centrale, magnifie l’héroïsme féminin de quarante guerrières. En la transposant à l’aide du répertoire traditionnel et de ses images envoûtantes, Saodat Ismailova livre une fresque musicale contemplative.

À propos du spectacle

Terre de légendes, les steppes d’Asie centrale sont le berceau de l’épopée de Qyrq Qyz. Mêlant projections et performance live, le spectacle de la cinéaste ouzbèke Saodat Ismailova reconstruit le récit de l’épopée karakalpak en une fresque musicale et visuelle, orchestrée par le compositeur Dmitri Yanov-Yanovsky et incarnée par de jeunes artistes traditionnelles d’Asie centrale. Une façon de transformer la récitation séculaire en un voyage immobile au cœur de la seule épopée féminine encore vivace dans le monde musulman.

40, un nombre magique

L’épopée de Qyrq Qyz (littéralement « 40 jeunes filles ») est répandue dans toutes les régions d’Asie centrale depuis les temps pré-islamiques (les premières versions du récit sont datées du 6è siècle avant Jésus-Christ). Elle narre l’histoire de la jeune Gulaim (« Fleur de lune »), qui refuse le mariage et rassemble autour d’elle, sur une île de la mer d’Aral, 40 autres cavalières. Elles s’élèveront ensemble contre l’envahisseur pour défendre leur terre et y instaurer liberté, justice et prospérité.

Saodat Isamilova se dit fascinée par les traces du nombre 40 que l’on retrouve encore partout dans la région : « Ce nombre apparaît dans la plupart des rituels d’Asie centrale : purification, deuil, guérison, fertilité, et dans les rites de passage. Tout le monde ici connaît la légende des 40 jeunes filles, plus ou moins obscurément. Chaque région, chaque village a son « quarante » : un puits, une pierre auprès desquels on guérit, bénit, ou purifie ; des lieux où les femmes viennent soigner leur fertilité et prier pour la prospérité de leur lignage. »

Pour créer un spectacle où l’épique trouverait sa forme d’aujourd’hui, Saodat Ismailova a mené un casting d’un an en Asie centrale, à la recherche de « sa » Gulaim, qu’elle a trouvée, parmi plus de cent jeunes filles, en Aysanem Yusupova, étudiante en théâtre au Karakalpakistan– une république autonome d’Ouzbékistan. Le film, tourné au Karakalpakistan et dans l’une des plus anciennes mosquées de Tashkent, la capitale d’Ouzbékistan, n’est qu’un des éléments du spectacle. « Nous avons voulu dépasser les formes du concert traditionnel, en créant une performance qui allie images filmées, musique traditionnelle et récitation épique – unifiés par la partition contemporaine du compositeur Dmitri Yanov-Yanovsky. » Une gageure relevée avec l’aide de Theodore Levin, ethnomusicologue, Séverine Rième, concepteur lumière et chorégraphe, et Kamilla Kurmanbekova, plasticienne kazakhe, qui représentait l’Asie centrale, avec Saodat Ismailova, à la Biennale de Venise 2013.

Un spectacle et un film épiques

Le spectacle s’articule entre les images filmées et la performance des 8 jeunes musiciennes, qui récitent, chantent, murmurent et jouent sur scène. Il est structuré autour des 4 éléments essentiels de la cosmologie zoroastrienne – terre, air, eau et feu -, qui reste très présente dans les cultures d’Asie centrale.

La scénographie s’appuie sur la combinaison de 40 kurpachas – matelas souples que l’on trouve dans tous les intérieurs de la région, pièce centrale de la vie domestique. La récitation de l’épopée est dite par différentes voix, dans différentes langues de la région (sous-titrées en français).

Le répertoire des musiques traditionnelles a été choisi avec soin pour accompagner et soutenir le développement émotionnel de la narration : à travers des chants de femmes qui évoquent l’attente, la steppe, l’amitié, les chevaux et la terre, ils renouvellent l’épopée, traditionnellement chantée par des bardes masculins.

  • Categorie : Events
  • Distribution

    • Direction artistique : Saodat Ismailova
    • Écriture et adaptation : Saodat Ismailova, Ulughbek Sadikov
    • Musique : Dmitri Yanov-Yanovsky
    • Chef opérateur : Carlos Casas
    • Scénographie : Kamilla Kurmanbekova
    • Chorégraphie et lumières : Séverine Rième
    • Costumes : Hilola Sher
    • Direction technique : Joseph Jabbour
    • Direction musicale : Raushan Orazbaeva (qobyz)
    • Musiciens : Gumisay Berdikhanova (voix, ghirjek), Gumshagul Bekturganova (voix, dutar), Aziza Davronova (voix, doyra), Tokzhan Karatai (voix, qobyz), Makhabat Kobogonova (voix, kyl-kiyak, chopo-choor, komuz, jygach ooz komuz), Arailym Omirbekova (voix, dombyra), Saltanat Yersultan (voix, jetigen), Alibek Kabdurakhmanov (percussions, chang)
    • Actrice (Gulayim) : Aysanem Yusupova

    Une production de l'Initiative pour la Musique de l'Aga Khan

  • Duration:  01:25
  • Place:   Théâtre Claude Lévi-Strauss
  • TimeSlots:
    The Thursday 31 May 2018 from 20:00 to 21:25

    The Friday 01 June 2018 from 20:00 to 21:25

    The Saturday 02 June 2018 from 19:00 to 20:25

    The Sunday 03 June 2018 from 17:00 to 18:25
  • Accessibility:
    • Handicap auditif bim (T)
    • Handicap moteur
  • Public:   Auditory disability (with hearing induction loop), Motor disability, All publics
  • Events ticket
    Full price:  20,00 €
    Reduce rate:  15,00 €

    Click here to see all rates
00:00 / 00:00
Qyrq Qyz et les Quarante Jeunes Filles | Spectacle au théâtre Claude Lévi-Strauss
Qyrq Qyz, épopée légendaire des steppes d’Asie centrale, magnifie l’héroïsme féminin de quarante guerrières. En la transposant à l’aide du répertoire traditionnel et de ses images envoûtantes, Saodat Ismailova livre une fresque musicale contemplative. Quatre représentations, du jeudi 31 mai au dimanche 3 juin 2018 au théâtre Claude Lévi-Strauss du musée du quai Branly - Jacques Chirac. Infos et résa sur http://bit.ly/QyrqQyz À propos du spectacle Terre de légendes, les steppes d’Asie centrale sont le berceau de l’épopée de Qyrq Qyz. Mêlant projections et performance live, le spectacle de la cinéaste ouzbèke Saodat Ismailova reconstruit le récit de l’épopée karakalpak en une fresque musicale et visuelle, orchestrée par le compositeur Dmitri Yanov-Yanovsky et incarnée par de jeunes artistes traditionnelles d’Asie centrale. Une façon de transformer la récitation séculaire en un voyage immobile au cœur de la seule épopée féminine encore vivace dans le monde musulman.
0:36 min

Les répétitions en images

Répétitions du spectacle au Darmouth College, mars 2018

© Jennifer Hauck/Aga Khan Music Initiative

Around the event

Guided tours, workshops, concerts, etc.
all activities organized as part of the event

Around the event