Changer de langue :

17 September

The Lady of the River

Le musée du quai Branly a acquis en 2011 un crochet exceptionnel par sa taille mais aussi par son iconographie. Originaire probablement de la région ouest des Iatmul (groupe Nyaura) en Papouasie-Nouvelle-Guinée (vallée du Sepik), l’oeuvre montre une femme dans toute sa splendeur agressive.

Cette figure est d’autant plus déroutante que les sociétés de la vallée du Sepik sont dominées par les hommes. À eux reviennent l’action politique, les grands équilibres entre les groupes, la guerre et l’organisation d’importants rituels comme l’initiation. Les grandes maisons cérémonielles sont l’expression de cette puissance.

Cependant, les femmes occupent une place considérable. Elles ont en charge la production de nourriture. Elles éduquent les enfants. Leurs territoires sont les maisons familiales, les jardins. Elles sont également au coeur des récits mythologiques. Sur ce crochet, la figure féminine, en équilibre sur son socle, évoque un de ces personnages mythologiques.

Cette promenade à la carte, qui fait écho à l'installation inaugurale de l'Atelier Martine Aublet présentée au musée du quai Branly du 5 juin au 30 septembre 2012, est prétexte à l’évocation de la place des femmes dans la société du Moyen Sepik, leurs rapports au monde des hommes et à celui des Ancêtres.

  • Crochet (samban)

    Crochet (samban)

  • Jupe

    Jupe

  • Coiffe de mariée

    Coiffe de mariée

  • Crocodile

    Crocodile

  • Crochet à figure

    Crochet à figure

  • Filet de portage

    Filet de portage

  • Foyer

    Foyer

  • Jarre à sagou

    Jarre à sagou

  • Panier de pêche

    Panier de pêche

  • Nasse à poissons

    Nasse à poissons

  • Crochet

    Crochet

  • Crochet

    Crochet

  • Crochet

    Crochet

  • Crochet

    Crochet


Crochet

Crochet

Papouasie-Nouvelle-Guinée, région du Moyen Sepik 20e siècle bois, pigments, fibres végétales Mission Jean Guiart, 1964 72.1965.14.229 © musée du quai Branly, photo Claude Germain

Les crochets domestiques déclinent des formes infinies, allant d’une simple branche de bois à des figures humaines ou animales. Taillés dans un bois dense, d’une seule pièce, ils sont souvent surmontés d’un disque de bois ou d’écorce, horizontal, qui empêche les rongeurs d’accéder aux paniers de nourriture suspendus. Si tous ont cet usage fonctionnel, certains possèdent aussi un usage rituel. Images des ancêtres du clan, ils sont alors exposés, décorés de feuilles et fleurs fraîches. Des offrandes de nourriture (noix d’arec, sagou, noix de coco), destinées à ces ancêtres, y sont suspendues. L’iconographie de chacune de ces pièces est difficile à lire aujourd’hui. Lors des collectes anciennes, les noms des sculpteurs ainsi que ceux des ancêtres claniques représentés sur les crochets figuratifs n’ont pas été relevés.