Changer de langue :

22 August

Artists of Abomey

This presentation of 21 works chosen from a vast collection of works from the famous kingdom of Dahomey (1600-1894) provides the opportunity to appreciate the wealth and diversity, as much in the forms as in the materials used, of an exceptional court art. The artists retained by the kings of Abomey belonged to an elite and distinguished themselves by their talent and a know-how that was transferred from father to son. Mostly identified, individuals or collectives, these artists shed light on a flourishing periods of present-day Benin.

  • Bochio mi-homme mi-poisson du roi Béhanzin

    Sossa Dede ou Famille Houeglo

  • Bochio mi-homme mi-lion du roi Glélé

    Likohin Kankanhau Sossa Dede

  • bracelets Ma-wu-alo

    Famille Hountondji

  • tunique de premier ministre

    Famille Gnimavo et famille Yémadjé

  • récade lion, emblème de Glèlè

    Famille Houndo (?)

  • trône du roi Ghézo nukpewuinkpot

    Anonyme

  • statuettes ibeji

    Atelier de Saki

  • siège royal

    Anonyme

  • couronne funéraire ade

    Anonyme

  • Marteau lonflin

    Ganku Houndo

  • portes de palais du roi Glèlè

    Famille Sossa Dede

  • Marteau de divination <i>lonflin</i>

    Famille Houndo


Marteau de divination <i>lonflin</i>

Famille Houndo

marteau de divination lonflin, style yoruba, XIXe siècle, ivoire, métal, kaolin, 71.1936.21.3, musée du quai Branly, don Bernard Maupoil

Le soin apporté au décor prouve l’appartenance de ce marteau au devin de renom Guédegbè. La science dont il avait la maîtrise, le Fa, est une géomancie que les Fon ont héritée des Yoruba. Ce lonflin en ivoire créé à Abomey par les Houndo est d’inspiration yoruba. L’ivoire était rare et mise à disposition par le roi. L’objet a été évidé, vraisemblablement pour l’alléger ; la présence d’un battant atteste qu’il pouvait jouer le rôle de clochette. « Fa est spécialisé dans la fonction d’information individuelle. En principe, il ne constitue à aucun titre une arme magique offensive mise à la disposition des devins ou de leurs clients, et ne fait ni bien ni mal. Il est impartial : il informe, et son rôle s’arrête là. (…) Les renseignements qu’il donne permettent à l’homme de se tenir sur ses gardes.» (B. Maupoil, 1943)