Changer de langue :

20 September

Masque aux yeux ouverts

  • Sculpture maya
  • Sculpture taïno - 1
  • Trigonolithe Taïno
  • Grande hache
  • Grand collier - Ceinture cérémonielle
  • Sculpture de Chupícuaro
  • Sculpture de Teotihuacán
  • Sculpture de Teotihuacán (2)
  • Sculpture de Teotihuacán (3)
  • Sculpture maya - 0
  • Vase maya
  • Sculpture maya - 1
  • Sculpture  maya (2)
  • Sculpture maya (3)
  • Sculpture du Veracruz
  • Sculpture huaxtèque
  • Sculpture aztèque
  • Sculpture aztèque (2)
  • Quetzalcoatl-Serpent - Sculpture anthropozoomorphe aztèque
  • Sculpture aztèque (3)
  • Sculpture aztèque (4)
  • Sculpture kwakwaka'wakw (kwakiutl)
  • Masque aux yeux ouverts
  • Sculpture tsimshian
  • Sculpture Kwakwaka'wakw (Kwakiutl) (2)
  • Sculpture tlingit
  • Sculpture Yup'ik
  • Sculpture Yup'ik (2)
  • Sculpture koniag
  • Masque aux yeux fermés
  • Sculptures de Teotihuacan
  • Sculpture taïrona

Masque aux yeux ouverts

Masque aux yeux ouverts XVIIIe-début du XIXe siècle Colombie britannique, Canada Pierre H. 21,6 cm Don d'Alphonse Pinart, 1881 Musée du quai Branly 71.1881.22.1

Ce masque aux yeux ouverts a été collecté en 1876 en Colombie britannique par l'explorateur et linguiste français Alphonse Pinart (1852 - 1911). Il provient de la culture Nisga'a située dans la vallée de la rivière Nass. Les Nisga'a derniers appartiennent à l'ensemble tsimshian, société matrilinéaire, répartie en clans et en maisons.
Il est indissociable de son pendant : le masque aux yeux fermés, car les deux masques font système l'un avec l'autre. Plus que deux masques semblables, l'artiste a accompli un tour de force en sculptant deux états d'un même être. Sculptés dans un bloc de gabbro, roche de couleur verdâtre, les deux masques représentent des visages humains. Ils étaient utilisés lors des rituels d'hiver halait et offraient la possibilité à ceux qui les portaient de transgresser les règles sociales et de faire naître un chaos nécessaire à la reproduction de la société.
Si les deux masques sont inséparables, il convient de s'interroger sur leur sens respectif : l'artiste a-t-il voulu exprimer l'idée essentielle chez les Tsimshian de la capacité de la lumière à percer les ténèbres où vivaient autrefois les hommes, avant que ne leur soit donnée la vue ? A défaut de pouvoir apporter une réponse définitive à cette question, on pourra également s'interroger sur le fait que ce soit le masque qui ne voit pas et que tout porte à la méditation qui soit ouvert sur le monde.