Changer de langue :

26 November

Sculpture tellem ou dogon

  • Sculpture bidjogo
  • Sculpture nalu
  • Sculpture sapi
  • Sculpture dogon
  • Sculpture tellem
  • Sculpture tellem ou dogon
  • Sculpture soninké
  • Sculpture dogon (2)
  • Sculpture dogon (3)
  • Sculpture nuna
  • Sculpture baoulé
  • Sculpture baoulé (2)
  • Sculpture dédiée à Gou, divinité du fer et de la guerre
  • Sculpture de la culture Nok
  • Sculpture de la culture Nok (2)
  • Sculpture Sokoto
  • Sculpture du royaume d'Ifè
  • Sculpture du royaume de Bénin
  • Sculpture du royaume de Bénin (2)
  • Sculpture mbembé
  • Sculpture ejagham
  • Sculpture bangwa
  • Sculpture Bamendou
  • Sculpture fang
  • Sculpture fang (1)
  • Sculpture fang (2)
  • Sculpture fang (3)
  • Sculpture fang (4)
  • Sculpture kota
  • Sculpture sanaga
  • Sculpture m'bété
  • Sculpture téké
  • Sculpture yangéré
  • Sculpture luba
  • Sculpture songyé
  • Sculpture hungana
  • Sculpture yombé
  • Sculpture vili
  • Sculpture zoulou
  • Sculpture sakalava
  • Sculpture Urhobo

Sculpture tellem ou dogon

Sculpture tellem ou dogon XVIe siècle Falaise de Bandiagara, Mali Bois, matières sacrificielles H. 36,5 cm Collectée par Denise Paulme et Deborah Lifchitz, 1935 Ancienne collection musée d'Ethnographie du Trocadéro Musée du quai Branly Inv. 71.1935.105.155

Cette sculpture a été prélevée dans un lieu de culte appelé binu ya. Le culte du binu constitue avec celui du lébé (ou gin'na) le rituel le plus répandu chez les Dogon. Chacun nécessite l'emploi de statues anthropomorphes. Le binu est dédié à une catégorie d'ancêtres mythiques n'ayant jamais connu la mort. Le sanctuaire nommé binu ya correspond à un lieu de culte dévolu à un binu femelle (ya étant la marque du féminin).
Des cultes tellem ayant été repris, avec leurs statues, par les Dogon, le fait que cette œuvre ait toujours été en fonction peu de temps avant sa collecte en 1935 est compatible avec son attribution aux Tellem. Le "cavalier" androgyne pourrait toutefois dater du XVIe siècle.<br<L'iconographie des bras levés est l'une des plus courantes dans les œuvres tellem, les sculptures de la période dogon la perpétuant, mais moins systématiquement.L'ampleur du répertoire iconographique des arts de la région dogon n'a d'égal que son extrême difficulté d'interprétation. L'iconographie peut ici être décomposée en plusieurs thèmes, tenant aux attitudes de l'image humaine, à son aspect androgyne et à l'identité de l'animal chevauché. Il est particulièrement difficile, cependant, de déterminer le sens de ces formes relevant de la nébuleuse fonctionnelle, iconographique et stylistique des arts prédogon et dogon.