Changer de langue :

26 octobre

salons de musique 2010-2011

Un samedi par mois, les salons de musiques, espace d’écoute intime, favorisent les rencontres avec des artistes singuliers et mettent à l'écoute des répertoires et des instruments d’horizons divers.

Théâtre Claude Lévi-Strauss, accès libre dans la limite des places disponibles, sur présentation d'un billet d'entrée au musée

Damily

DamilyLivePromo © DR

Madagascar

salon de musique, samedi 11 septembre 2010 - 18h

Le guitariste Damily incarne de manière éclatante le tapi, genre musical emblématique de la région de Tuléar (au Sud-ouest de Madagascar). Ce genre, issu de la rencontre dans les années 1970 de la musique africaine moderne avec la musique traditionnelle villageoise, fait de cette musique un genre qui a su précisément échapper au modèle occidental ou à la stagnation folklorique. Damily, fondateur du groupe du même nom, cultive la vitalité du patrimoine malgache.

Ishango Opus2, création de Camel Zekri

Ishango Les arts improvisés © photo Arthur Pequin

France - Centrafrique

après-midi musical, samedi 16 octobre 2010 - 16h

Création slam et voix pygmées.
Après un Opus1 présenté au dernier festival « Villes des Musiques du Monde », Camel Zekri, guitariste et compositeur, prolonge avec Ishango Opus2 cette rencontre exceptionnelle entre deux univers totalement opposés : ceux de la forêt et de l’urbanité industrielle. Le chant polyphonique de la forêt pygmée et du petit village congolais d’Ishango, l’un des plus fascinants au monde, s’entremêle avec les déclamations d’un slam urbain plein de créativité. La musique de Camel Zekri, les voix pygmées et la poésie slam sont les fi ls conducteurs de cet après-midi musical.

Mizmars et bombarde, les musiciens du Nil et Erwan Hamon

Mizmars et bombarde © DR

Egypte - France

salon de musique, samedi 13 novembre 2010 - 18h

Cette création réunit la bombarde bretonne et le mizmar égyptien : c’est un rendez-vous de "sonneurs", de ceux qui vont encore de village en village, pour faire danser les ghawazis (danseuses tsiganes) du Nil ou qui animent les festnoz bretons. Le timbre du hautbois populaire, intense, strident et riche de mille sonorités inspire une autre écoute de la musique. Le souffle continu, l’inexorable bourdon musical qui pose les envolées mélodiques de chaque sonneur, rend son caractère inédit et entrainant à une musique populaire belle, intransigeante et infi niment vivante.

Kalam Terre

Kalam Terre © Anne Nordmann

Inde, Kerala

après-midi musical, samedi 18 décembre 2010 - à partir de 13h

L’art millénaire du kalam, le dessin à la poudre originaire du Kerala, rejoint dans ce spectacle unique proposé par Michel Lestréhan, la danse, la musique et la vidéo. L’espace (Kalam) où est tracé le dessin et son temps d’élaboration (5 heures) sont proposés en partage au public, avant la performance dansée qui achève cette invocation éphémère. Création et destruction expriment le déploiement cyclique du temps et de l’espace... Mais la perspective est déplacée : ce n’est plus la présence divine que l’on invite dans l’image, mais la présence vivante des danseurs qui anime le tracé.

master class de Kathakali avec le danseur de la compagnie Prana
vendredi 17, samedi 18 et dimanche 19 décembre 2010
en savoir plus sur le master class de kathakali

Amrat Hussain Trio

Amrat Hussain © DR

Inde - France

salon de musique, samedi 15 janvier 2011 - 18h

Tablaiste originaire du Rajasthan, Amrat Hussain s’inscrit dans cette nouvelle mouvance du "tal", le rythme de l’Inde, porté par les flots d’une fusion croissante où l’on retrouve l’attrait pour le jazz et le rock, et celui des premiers moments magiques du Mahavishnu Orchestra de John Mac Laughlin, le grand précurseur du genre. La fougue des dialogues musicaux, entre basse, guitare électrique et tablas, nous renvoie à une sorte de jazz-rock psychédélique de plus en plus en vogue aujourd’hui en Inde.

Las Hermanas Caronni

Las Hermanas Caronni © DR

Argentine

salon de musique, samedi 12 février 2011 - 18h

Las Hermanas Caronni sont sœurs jumelles imprégnées aussi bien de candombé, de milonga que de musique classique. Laura et Gianna Caronni, venues d’Argentine, appartiennent à une famille où les cultures suisse, italienne, russe et espagnole se côtoient. Chanteurs d’opéra et chanteurs de tango ont bercé leur enfance. Elles se consacrent à l’écriture de leurs propres chansons et thèmes instrumentaux : dans leur duo, on retrouve l’influence des musiques d’Argentine, une nostalgie sublimée par le violoncelle et la clarinette, et deux voix sobres et harmonieuses.

Dobet Gnahoré

Dobet Gnahore © Renee Missel

Côte d'Ivoire

salon de musique, samedi 12 mars 2011 - 18h

Chanteuse, danseuse et percussionniste ivoirienne, Dobet Gnahoré a hérité de la force des traditions « bété » de son père Boni Gnahoré, maître percussionniste de la Compagnie Ki Yi Mbock d’Abidjan, dirigée par Werewere Liking. Avec Colin Laroche de Féline, guitariste français, elle navigue à travers mélodies mandingues, rumba congolaise, ziglibiti ivoirien, bikoutsi camerounais, high-life ghanéen et chants zoulous. Dobet Gnahoré, qui chante dans différentes langues africaines (bété, fon, baoulé, lingala, malinké, mina ou bambara), incarne de manière fougueuse le véritable concept d’une musique panafricaine.

master class de danse africaine
vendredi 11, samedi 12 et dimanche 13 mars 2011
en savoir plus sur le master class de danse africaine

Ghalia Benali

Ghalia Benali © Jemi Samyn

Tunisie

salon de musique, samedi 30 avril 2011 - 18h

Chanteuse originaire de Tunisie, Ghalia Benali porte en elle toute l’âme féminine du monde arabe d’antan : celui - festif, poétique et exalté - de la grande chanson arabe. Sa présence féline évoque l’Egypte des cafés, des chichas, du Caire populaire célébré dans les romans de Naguib Mahfouz. Sa voix possède la ferveur de ce fameux tarab, cette émotion qui mène au bord de l’extase tant évoquée par les poètes. Sa manière de danser la danse orientale (sharqiya), avec fi erté et jovialité, fait d’elle un personnage habité par un Orient à la fois populaire et raffiné.

Dizu Plaatjies Ibuyambo Ensemble

Dizu Plaatjies © Patrick Lee Thorp

Afrique du Sud

salon de musique, samedi 14 mai 2011 - 18h30

Dizu Plaatjies est le fils d’un guérisseur africain traditionnel. Il a grandi à Langa, dans le quartier noir du Cap, et porte en lui un univers de coutumes et de spiritualité hérité des grandes traditions d’Afrique du Sud. Entouré d’arcs, de flûtes, du mbira, du mhtube, du kayomba, de la harpe ougandaise, des cornes de kudu, de l’akadinda, des marimbas ou de la guitare, cet artiste chanteur, musicien et musicologue est très attaché à la défense de son patrimoine. Il met en valeur, sur scène, les traditions musicales et instrumentales non seulement de son pays mais de tout le continent africain.

master class "la voix et le rythme en Afrique" avec Dizu Plaatjies
vendredi 13, samedi 14 et dimanche 15 mai 2011
en savoir plus sur le master class "la voix et le rythme en Afrique"

Danse traditionnelle d'Okinawa

Danse traditionnelle d'Okinawa

Japon

après-midi musical, samedi 18 juin 2011 - à partir de 16h, durée 3h

Okinawa est l’île principale de l’archipel des Ryûkû, ex-royaume devenu département situé entre l’île de Taiwan, l’archipel nippon et la Chine. La danse des Ryûkyû fut créée au XVe siècle comme danse de cour du Royaume des Ryûkyû. Elle était au départ exécutée pour accueillir les envoyés impériaux de Chine. Le caractère contenu et réfréné des élans de cette expression chorégraphique est à nul autre pareil : les danseurs s’appliquent à exprimer les émotions commandées par la musique, par de légers mouvements, tout en subtilité. Autour du spectacle, le musée du quai Branly propose, pour découvrir la richesse d’Okinawa, « île des centenaires » au Japon, une conférence sur l’histoire du royaume, un mini-concert et une démonstration de karaté.

master class d'initiation au karaté avec le maître Yukinobu Shimabukuro
samedi 18 juin 2011 à 11h
en savoir plus sur le master class d'initiation au karaté